185

Vaccins et myocardites.

À Mélanie et tous ceux qui sont dans le même cas.

Une myocardite aiguë est une inflammation du muscle cardiaque (myocarde) avec présence d’un infiltrat inflammatoire (amas de cellules, lymphocytes et autres) et d’une nécrose des myocytes cardiaques (cellules musculaires responsables de la contraction du cœur). La péricardite, c’est la même chose, concernant l’enveloppe du cœur). La cause d’une myocardite aiguë est souvent d’origine infectieuse, bactéries et virus, ou toxique, médicamenteuse. Les myocytes ne se régénèrent pas. Un infarctus laisse toujours une cicatrice, ici c’est la même chose.

Niées au départ, non signalées par les études ayant conduit aux autorisations, l’existence de myocardites et péricardites post-vaccinales ne sont maintenant plus du domaine du complotisme. Plusieurs questions se posent et doivent être posées, dans cette ambiance de méfiance généralisée. Ces questions, sont :

1) combien ? Peut-on se fier aux chiffres officiels ?

2) quel avenir ? Peut-on se fier au discours disant qu’elles guérissent toutes sans problème ?

COMBIEN ?

Tout d’abord, Pfizer dans son étude sur 43 448 personnes, ne signalait aucune myocardite, préoccupation première aujourd’hui. Leur communication de novembre 2020 disait que « Les données montrent que le vaccin a été bien toléré dans toutes les populations, plus de 43 000 participants ayant été inclus ; aucun problème de sécurité grave n’a été observé ; les seuls effets indésirables de grade 3 (sévères) dont la fréquence était supérieure à 2 % étaient la fatigue (3,8 %) et les céphalées (2,0 %) ». De l’utilité de ce genre d’études conduisant à une autorisation, quand on n’a pas de recul.

Quand on va voir la base de données mondiale OMS, on trouve 19 106 myocardites et 14 368 péricardites signalées, soit un total de 33 474 cardites (sur plus de 3 millions d’évènements indésirables signalés, dont 181 083 incidents cardiaques). Avec 10 milliards d’injections, l’incidence est de 0,33 pour 100 000 doses. Si on prend 4 milliards de vaccinés 2 doses, l’incidence est de 0,84 pour 100 000 vaccinés. Nous avons déjà vu, confirmé par nombre d’études, que cette base était peu fiable.

Aux USA, le VAERS (relevé officiel des événements indésirables) signale 22 456 cardites. Avec 205 millions de vaccinés 2 doses au 31 décembre, cela fait une incidence de 11 pour 100 000 vaccinés, soit 13 fois plus que déclarés pour l’OMS.

Une étude de l’Agence Européenne (EMA) de décembre, parle de 2,6 cas / 100 000 en France, 5,7 cas/ 100 000 dans les pays nordiques pour Pfizer, allant jusqu’à 19 cas / 100 000 avec Moderna. En France ces chiffres sont limités aux 7 premiers jours qui suivent l’injection et la population aux 12-50 ans. Les nordiques, eux, relèvent jusqu’à 28 jours, et s’arrêtent à 24 ans. Il faut donc doubler les chiffres officiels français. La France devrait d’ailleurs limiter le délai à 48 heures pour publier encore moins cardites. Signalons que l’EMA précise que ces chiffres sont le surplus de myocardites par rapport à une population normale de cet âge, donc dues uniquement aux vaccins, excluant les autres causes. Elle recommande au passage « de mettre à jour les informations sur le produit en conséquence », c’est à dire de signaler ce risque aux patients, ce qu’ont fait les Japonais.

En France, en ce qui concerne la gravité de ces cardites, l’ANSM, en novembre, précisait bien que le recueil était limité à 7 jours. Elle relevait, entre le 15 mai et le 31 août, 919 myocardites et 917 péricardites, et que ces cardites ne sont pas celles de toutes les populations vaccinées, mais celles des 12-50 ans, et surtout, uniquement les hospitalisés, excluant les cardites ne nécessitant pas d’hospitalisation. Les sportifs qui tombent sur le terrain avaient une cardite non hospitalisée avant l’accident, révélée par le sport. Au 31 mai, nous avions 60% de vaccinés 2 doses, et les 12-50 ans représentent environ 50% de la population, soit 20 millions de vaccinés dans le créneau cardites de l’étude de l’ANSM. 1 836 cardites graves, ayant nécessité une hospitalisation post-vaccinale, cela fait une incidence de presque 1 cardite grave pour 100 000 vaccinés, et uniquement les cardites survenues la première semaine. Si on double ces chiffres sur 28 jours et plus (cf comparaison EMA et pays nordiques), on a presque 2 cardites graves pour 100 000 vaccinés.

Ces chiffres de cardites « officiellement » déclarées correspondent-ils à la réalité ? Tout le monde sait que non, les autorités les premières. Ainsi la directrice de l’ANSM, lors de son audition au Sénat a tout de suite précisé que les chiffres d’effets secondaires qu’elle donnait étaient sous évalués.

Vous comprendrez la difficulté à donner de bons chiffres, et surtout que tout le monde peut vous donner des chiffres très différents, sans mentir, le tout étant de savoir de quoi on parle, et il est facile de berner ceux qui n’ont pas mis le nez dedans. Rien qu’en rapportant l’incidence au nombre de doses ou aux individus, on double ou divise par deux le résultat, même chose si on arrête à 7 ou 28 jours, et pire si on ne décompte que les cardites graves hospitalisées.

Désolé de ne pouvoir donner de chiffre précis, il n’y en a pas, et la fourchette est très large. Vous voyez qu’on publie une incidence qui va de 0,33 (OMS) à plus de 20 (13,7 pour l’ANSM et Moderna pour la seule première semaine, 19 dans les pays nordiques), tout en précisant que ces chiffres sont sous-estimés. Ceux qui devraient le savoir, comme les cardiologues, sont ceux qui se cachent le plus. Ainsi, la Société Française de Cardiologie, pour parler des cardites post-vaccinales, retient comme source la meilleure, c’est à dire celle de l’OMS !

En conclusion, si des sites et articles “rassuristes” donnent des chiffres d’incidence inférieurs à 2, sans donner leurs bases de calcul, si on prend les chiffres officiels avoués, que l’on parle de patients et non de doses, en étendant à plus d’un mois la possibilité de cardite, que l’on parle de toutes les cardites, pas seulement les hospitalisés, peut-on évaluer ces cardites officielles + officieuses entre 15 et 40 / 100 000 vaccinés, soit une fourchette de 1 pour 2 500 à 6 ou 7 000 vaccinés ? A vous de vous faire votre opinion. Signalons également qu’entre deux chiffres, le plus élevé est le plus crédible. Pourquoi ? Qui aurait intérêt à déclarer plus de cardites qu’il n’en a ? Le plus élevé est forcément le plus honnête. Pour les autres, les causes de minorations sont nombreuses. Ce qui est sûr : Moderna, le plus injecté actuellement chez nous, c’est 4 à 5 fois plus de cardites que Pfizer ; les hommes, c’est 3 à 4 fois plus que les femmes, et l’incidence la plus importante est chez les hommes jeunes de moins de 30 ans, après seconde dose.

CARDITES ASYMPTOMATIQUES

Ce n’est pas tout. Ici on parle des cardites qui se manifestent, donnent des troubles ressentis, mais pas des cardites plus discrètes, sans troubles, ou non étiquetées . Que peuvent donner ces cardites, diagnostiquées ou non ?

Sans symptômes, comment savoir s’il y a une cardite ? Le meilleur examen, est la résonnance magnétique, qui va déceler les myocardites alors que tous les autres examens sont normaux. Fait-on ces examens quand il n’y a pas de troubles pour avoir l’incidence réelle ? Bien sûr que non. Un autre examen, plus sûr encore, est l’autopsie, permettant de confirmer nombre de causes de décès. Là encore, c’est pratiqué au compte-goutte chez les décédés, et chez les non décédés, il n’y a pas beaucoup de candidat pour ce type d’examen pourtant très fiable….

Par contre il existe un autre examen, pratiqué parfois de manière bien involontaire, et très efficace pour déceler un cœur qui souffre en silence : c’est l’épreuve d’effort. En effet si votre cœur a quelques problèmes, fonctionne avec difficulté sans que vous en rendiez compte, augmentez le débit, faites-le travailler plus, et vous aurez la réponse, à savoir s’il peut faire le job ou non.

Nombre de personnes font cette expérience à l’insu de leur plein gré : ce sont les sportifs. Et là, l’expérience pour déceler les myocardites qui ne se manifestent pas, est très concluante. Ceci quel que soit le sport : vous pouvez sauter,courir, jouer au ballon ou au tennis, Vous trouverez en bas une liste, non exhaustive, qui donne le résultat de ce type d’épreuve d’effort sur cardite. D’ailleurs, les spécialistes le disent bien, si vous avez une myocardite, c’est 6 mois de repos. Alors ceux qui ne savent pas qu’ils ont une cardite, aïe ! » La myocardite est une des causes de mort subite chez l’athlète. En effet, il s’agit d’une affection potentiellement grave qui peut se compliquer de troubles du rythme cardiaque ou d’une dysfonction du muscle cardiaque. Au cours d’une myocardite, un arrêt complet du sport est obligatoire et fait partie intégrante du traitement. Après guérison, une période de convalescence est nécessaire avant la reprise du sport intense (la durée recommandée est d’environ 6 mois). »

QUEL AVENIR POUR LES CARDITES ?

Il est encore plus difficile de chiffrer les complications à long terme des cardites. J’ai fait défiler des pages et des pages d’articles et études sur le sujet : rien, ou presque. Personne ne sait ce que deviennent ces cardites après des années, voire des décennies. C’est tout à fait normal : qui va se souvenir devant un accident cardiaque à 60 ans, de cette affection virale à 20 ans, avec un petit essoufflement quelques jours, sans suites ? Aucune statistique n’existe, ne peut exister dans ces conditions.

On nous dit que hormis les cardites fulgurantes mortelles, cela guérit seul, sans séquelles. Le bon sens pose une question : si vous perdez 5 % de vos cellules cardiaques, que va donner votre cœur dans 30 ans ? Ne va-t-il pas à la longue fatiguer ?

Le cœur est une pompe, et rien d’autre. Une pompe qui va marcher des décennies. Si vous altérez une partie d’une pompe, elle s’usera plus vite et ne durera pas éternellement, en tous cas moins longtemps qu’une pompe saine. Il y a forcément usure prématurée de certains éléments en les faisant travailler anormalement.

La réponse logique est dans cet article du Vidal « Lorsqu’il est confronté à des perturbations de son fonctionnement, le cœur réagit en s’adaptant pour maintenir une circulation sanguine… Il va se muscler plus pour compenser …Grâce à ces adaptations, le cœur compense les perturbations. Cette phase peut durer plusieurs années. Mais avec le temps, ces adaptations vont devenir problématiques. En particulier, les parois des ventricules deviennent trop épaisses et les cellules musculaires situées au centre de ces parois vont avoir du mal à être oxygénées par les artères coronaires. Les parois perdent petit à petit de leur puissance. Les cavités, devenues trop grosses, ont du mal à se vider et le sang y stagne. C’est le début de la phase dite « de décompensation » qui va aboutir à l’insuffisance cardiaque. »

Cet article de 2017, en français, est très complet sur les myocardites, principale cause de morts subites chez les jeunes. Il décrit bien le mécanisme de la myocardite, avec des altérations des myocytes par le toxique, mais également par une réaction immunitaire de l’organisme, notamment les cytokines pro-inflammatoires et les cellules T spécifiques, « qui vont tenter de détruire les cellules infectées par l’antigène, contribuant à la destruction des agents pathogènes et des cellules infectées, mais provoquant également la destruction de cardiomyocytes sains.» D’où  l’intérêt possible et probable de l’ivermectine en prévention, en raison de son action immunomodulatrice. Cet article signale par ailleurs une étude en 2007, sur une série de 174 myocardites aigues, la mortalité à 6 ans était de 27%. Maintenant tout dépend de ce qui est qualifié d’aiguë ou non. Une cardite nécessitant une hospitalisation l’est probablement.

2021    LISTE DES SPORTIFS PROFESSIONNELS ET AMATEURS

Dans cette liste, soyons clairs, il y a des coïncidences. De tout temps, chaque année, il y a des sportifs qui s’écroulent sur le terrain, sans avoir été vaccinés. Rappelez-vous par exemple Michel Berger sur un court de tennis. Le problème est que depuis 1 an, ces accidents n’ont rien à voir avec la fréquence habituelle, et essentiellement chez des récemment vaccinés. La liste s’allonge tous les jours. 

Il est également indéniable que le/la covid donne aussi des myocardites, tout aussi difficile d’en apprécier le nombre et surtout de comparer un taux qui ne concerne que les patients covids ou que les hospitalisés covids, et un taux qui concerne l’ensemble de la population, puisque l’ensemble de la population est concernée devant être vaccinée.

A

Aakervik Daniel : 17 ans (skieur de fond norvégien professionnel) Saison suspendue après une réaction grave à l’injection. Novembre 2021.  

Abgrall Mathieu : 36 ans pompier volontaire, sportif. L’homme fait un malaise à la caserne de Camaret-sur-Mer et après tentative de réanimation par ses collègues, il décède. Décembre 2021.

Abdel-Rahman Atef : 20 ans (footballeur professionnel égyptien de club de G.Mahalla) Mort en plein match. Mars 2021.  

Abriska Whitnée : 19 ans (handballeuse réunionnaise, équipe belge, club du Fémina Visé) Décède subitement alors qu’elle s’apprête à prendre l’avion pour revenir de La Réunion. Juillet 2021.

Aguero Sergio : 33ans (footballeur argentin professionnel, joueur star du F.C Barcelone, Espagne) En octobre 2021, il fait un malaise en plein match contre le Deportivo Alavés. Les médecins lui diagnostiquent une arythmie cardiaque. En décembre 2021, Aguero annonce mettre un terme à sa carrière pour raisons de santé.

Aukuso Lavea Sulamai : 48 ans (ex-joueur professionnel de rugby néo-zélandais, équipe des Manly Sea Eagles, Australie) Il décède d’une crise cardiaque pendant un entraînement. Décembre 2021.

Al Raqadi Mukhaled : 29 ans (footballeur omanais professionnel, club de Muscat, Oman) Victime d’une crise cardiaque pendant l’échauffement de son équipe, avant le match contre Swabik en championnat. Il est transporté à l’hôpital, mais malheureusement il décède. Décembre 2021.

Ali Abou : 22 ans (footballeur professionnel, joueur du club danois de deuxième division Vendyssel) Fait un malaise en plein match contre le club de Lyngby. Septembre 2021.

Alfasi Arik : 49 ans (entraîneur de la Premier League israélienne de basket) Malgré deux doses d’injection, l’homme jusqu’ici en bonne santé décède du covid, ses proches suspectant qu’il soit mort à cause des injections. Septembre 2021.

Alkhatib Jack : 18 ans (joueur d’une équipe de football américain du lycée Dutch Fork High School, South Carolina, USA) S’effondre après un entraînement et décède. Août 2021.

Allen Imogen : 22 ans (cavalière anglaise, championne de saut d’obstacles) Hospitalisée pour une réaction grave à la première injection Moderna en Juillet 2021, avec deux caillots de sang massifs sur ses poumons. Ne pourra plus jamais monter à cheval.

Amin Ahmed : 24 ans (gardien de but, équipe de troisième division égyptienne Al-Rebat & Al-Anwar SC, Port Saïd) Le joueur meurt d’une crise cardiaque juste après un entraînement. Décembre 2021.

Amoroso Jérémy : 37 ans (militaire français, caporal-chef 1ère classe du 13e Bataillon de chasseurs alpins) Victime d’un malaise après une « marche section » à l’île de La Réunion, il est évacué au centre hospitalier de Bellepierre avec un pronostic vital engagé. Malheureusement il décède deux jours plus tard. Décembre 2021.

Anchan Devaraj : 33 ans (joueur de volley-ball indien de niveau national)  S’effondre alors qu’il participait à un tournoi. Mort sur le chemin de l’hôpital. Mars 2021.

Antwi Emmanuel : 18 ans (Joueur de football américain du club Kennedy High School) Mort après malaise pendant un match. Mars 2021.

Apolinário Alex : 24 ans (footballeur professionnel brésilien, club portugais FC Alverca) Mort  après arrêt cardiaque en plein match. Janvier 2021.  

Archibald Josh : 28 ans (Joueur professionnel américano-canadien de hockey sur glace, équipe de des Oilers d’Edmonton, Canada) En congé indéfini en raison d’une myocardite. Octobre 2021.

Arias Guillermo : 31 ans (footballeur vénézuélien, club du Camaguán FC, troisième division) Meurt en plein match d’un arrêt cardiaque lors d’un tournoi régional. Septembre 2021.  

Armando Montiel Diego : 25 ans (footballeur professionnel argentin, club Atlético de Rafaela, division 2 d’Argentine) En Août 2021, le joueur confie ne plus jamais vouloir recevoir de vaccins, laissant entendre qu’il souffrait de symptômes après avoir reçu l’injection Covid. Il décède d’une méningite en Décembre 2021.  

Arney Moira Claire : 15 ans (jeune footballeuse américaine, club de Toros Academy) Morte pendant un match. Août 2021.

Astolfi Andrea : 45 ans (directeur sportif du Calcio Orsago, Italie) victime d’une crise cardiaque au retour d’un entraînement et décédé sans antécédents médicaux. Septembre 2021.

Azzopardi Ava : 14 ans (adolescente australienne, footballeuse du Runaway Bay Soccer Club, Queensland, Australie) La jeune fille s’effondre après être entrée sur le terrain de foot en Octobre 2021. Dans un état critique, elle est plongée dans un coma artificiel. Revient à la vie et passe plusieurs semaines en unité de soins intensifs pédiatriques. Porte désormais un défibrillateur.

B

Badara Wade Alioune : 28 ans (footballeur amateur sénégalais, équipe du Dakar University Club, Sénégal) Le joueur s’effondre lors d’un entraînement et décède d’un arrêt cardiaque. Décembre 2021  

Banks Isaiah : 16 ans (lycéen américain et joueur d’une équipe de football américain : Norcross High School, Georgia, USA) Mort subite. Novembre 2021.

Barklage Blake : 17 ans (lycéen américain et joueur d’une équipe de football américain : La Salle College High School, Wyndmoor, Pennsylvania, USA) L’adolescent décède d’un arrêt cardiaque après un match de football. Novembre 2021.

Barot Avi : 29 ans (joueur de cricket professionnel indien, club de Saurashtra) Mort d’une crise cardiaque. Octobre 2021.

La liste est longue, 19 pages, j’arrête là, la suite est disponible ici.

ZOLA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

185 commentaires

  1. Bonjour,

    je ne sais pas si vous avez déjà fait référence à cet article, mais il m’a peut être échappé: https://jamanetwork.com/journals/jama/fullarticle/2788346
    ” Based on passive surveillance reporting in the US, the risk of myocarditis after receiving mRNA-based COVID-19 vaccines was increased across multiple age and sex strata and was highest after the second vaccination dose in adolescent males and young men”
    Je ne suis pas médecin donc je ne peux interpréter la pertinence de l’étude.

  2. à propos des autopsies post myocardites

    https://meridian.allenpress.com/aplm/article/doi/10.5858/arpa.2021-0435-SA/477788/Autopsy-Histopathologic-Cardiac-Findings-in-Two

    The myocardial injury seen in these post-vaccine hearts is different from typical myocarditis and has an appearance most closely resembling a catecholamine-mediated stress (toxic) cardiomyopathy. Understanding that these instances are different from typical myocarditis and that cytokine storm has a known feedback loop with catecholamines may help guide screening and therapy.

  3. https://twitter.com/CaudeHenrion/status/1490611110071967751?s=20&t=f6FJdHiuodjUMOxEEPyZjQ
    Qui sont les principales VICTIMES de ces injections?
    👉des FEMMES (68%) (NDLR: ce qui ne semble interpeller NI les gouvernements NI les médecins?)
    👉des JEUNES (40% ont entre 18-44 ans)
    👉des EUROPÉENS (49% contre 37%d’américains)
    1,3 millions ont des troubles du système nerveux
    https://twitter.com/CaudeHenrion/status/1490611634150297606?s=20&t=f6FJdHiuodjUMOxEEPyZjQ
    Source: #VigiAccess, base de données publique de l’OMS depuis 2015 pour rapporter les effets indésirables des médicaments

  4. Dans quel avenir pour les cardites dernier paragraphe,
    Vous dites: d ’où l’intérêt possible et probable de l’ivermectine en prévention, en raison de son action immunomodulatrice.

    Ma fille ,hélas, va se faire injectée, je pourrais lui donner Ivermectine pour neutraliser le vaccin?
    Merci d’avance

  5. le 06 décembre 2021 la Revue Circulation publiait un article à ce sujet. https://www.ahajournals.org/doi/10.1161/CIRCULATIONAHA.121.056583

    Attiré vers cet article par un billet d’où j’ai tiré cet extrait (traduit) :
    “Cependant, une grande série de cas de suspicion de myocardite post-vaccinale chez des personnes de moins de 21 ans a montré que 77 % présentaient des anomalies, et parmi eux, 99 % présentaient un rehaussement tardif du gadolinium (signifie une fibrose ou un tissu cicatriciel) et 72 % présentaient un œdème myocardique (gonflement du cœur). muscle).

    On ne sait pas s’il y aura des conséquences à long terme pour les jeunes, ni si de nouveaux méfaits liés aux vaccins apparaîtront dans les mois ou les années à venir, car il s’agit d’une nouvelle technologie et encore à l’étude.”
    https://maryannedemasi.com/publications/f/covid-19-vaccinating-kids-without-parental-consent

  6. l’Affaire à été financière nous sommes d’accord. On peut penser qu’on a jeté un Os, ce pseudo vaccin, pour calmer les roquets qui demandaient “quelque chose”. On a ridiculisé Raoult Peronne Montagner. Mais que devons nous envisager pour le millions de Cobayes dont le coeur a peut-être “morflé” ? IRM ?
    Le Canada semble s’organiser. La France abrutie par les camelots gouvernementaux refuse le retour à la liberté. C’est dire à quel point cette population terrorisée aura du mal à fédérer une Association même quand la liste des morts subites s’allongera…. Je cite votre article: Sans symptômes, comment savoir s’il y a une cardite ? Le meilleur examen, est la résonnance magnétique, qui va déceler les myocardites alors que tous les autres examens sont normaux. Fait-on ces examens quand il n’y a pas de troubles pour avoir l’incidence réelle ? Bien sûr que non. Un autre examen, plus sûr encore, est l’autopsie,
    Pour ma part je ne vais pas hésiter à demander cet examen pour tous les Cobayes de mon entourage. Votre avis m’intéresse. Merci

  7. Encore une note déjà ancienne
    Par le docteur Jacques CORALLO NICE le 13/09/2021
    SARS-CoV-2 mRNA Vaccination-Associated Myocarditis in Children Ages 12-17: A Stratified National Database Analysis
    Authors: Tracy Beth Høeg MD, PhD1; Allison Krug, MPH2; Josh Stevenson3; John Mandrola, MD4
    1. University of California – Davis, Sacramento, CA
    2. Artemis Biomedical Communications, LLC, Virginia Beach, Virginia, USA
    3. Truth in Data, LLC, Nashville, Tennessee, USA
    4. Baptist Health Louisville, Louisville KY
    Corresponding Author email: tracybethhoeg@gmail.com
    Travail parfaitement construit. Les auteurs ont fait leur recherche sur la base de données dédiée aux USA au recueil des effets indésirables du vaccin. (VAERS) Recherche par mots clés comprenant les mots myocardite, péricardite, douleur thoracique et troponine ( ce dosage validant la réalité de l’atteinte cardiaque). En court résumé, il a été constaté après la deuxième dose de vaccin chez les garçons de 12 à 15 ans 162 effets cardiaques par million de vaccinés; pour les garçons de 16 à 17 ans 94 effets par million de vaccinés. Sur 257 recensés, dans 91% des cas les effets sont apparus dans les 5 jours, 222 ont été hospitalisés. Ce risque « vaccin » a été évalué par les auteurs égal à d’une valeur comprise entre 3,7 et 6,1 les risque d’hospitalisation Covid ( forme modérée ou sévère), ceci pour les garçons de 12 à 15 ans.2,1 à 3,5 pour ceux âgés de16 à 17 ans. Les modalités de l’étude ne permettent pas de connaître le devenir de ces patients, mais une autre étude montrait que 4 fois sur 15 des troubles persistaient après la sortie du patient. Une autre étude encore montrait que pour l’ensemble des myocardites ( cette étude date d’avant la période vaccinale) une évolution latente pourrait suivre la phase aiguë et 1 fois sur trois rendre nécessaire une greffe cardiaque. Je regrette que ces événements soient pris aussi légèrement. Il conviendrait entre autres qu’une étude prospective explore l’état cardiaque de tout un échantillon d’enfants vaccinés, des formes latentes étant possibles. La France traite bien mal ses enfants !

  8. Bonjour Gérard, tes billets sont toujours intéressants et documentés .Tu étais pratiquement tout seul avec Peronne Raoult et Montagné et quelques autres pour affronter la manipulation Orwellienne de la politique gouvernementale !!!!
    Je t’adresse ci joint la position courageuse du Pr ALLA qui vient de démissionner :du haut conseil de santé publique ” HSCP ”

    Pr François Alla : « J’ai démissionné du Haut Conseil de la santé publique car les experts n’ont pas joué leur rôle durant la crise sanitaire »
    Par Julien Moschetti – Publié le 24/01/2022 Crédit photo : DR

    Le 5 janvier, le journal officiel (JO) actait la démission du Pr François Alla du Haut conseil de la santé publique (HCSP). Ex vice-président de la commission « maladies chroniques » du HCSP, le praticien hospitalier, chef du service de soutien méthodologique et d’innovation en prévention au CHU de Bordeaux, confie au « Quotidien » les raisons de son départ. Il considère que le « Haut conseil » ne dispose pas des moyens suffisants pour mener à bien ses missions. Et juge que les expertises des scientifiques du HCSP sont dévoyées par les politiques.
    LE QUOTIDIEN : Pourquoi avez-vous démissionné du Haut conseil de la santé publique ?
    Pr FRANÇOIS ALLA : Je voulais tout d’abord dégager du temps pour remplir ma nouvelle mission à la présidence de la Conférence régionale de santé et de l’autonomie (CRSA) de Nouvelle Aquitaine. Mais j’ai également démissionné parce que les experts du HCSP et les agences (HAS, Santé publique France, etc.) n’ont pas joué leur rôle durant la crise sanitaire. Celui-ci consiste à élaborer de l’aide à la décision, y compris quand elle ne va pas dans le sens du décideur ! Or, cette aide à la décision s’est transformée en service après-vente de décisions qui étaient déjà prises en amont.
    Dernier exemple en date, l’article récent sur l’impact du passe sanitaire sur le taux de vaccination, la santé et l’économie. Il ne s’agit pas véritablement d’une expertise, mais d’un « travail alibi ». Il a été porté par le Conseil d’analyse économique (CAE), qui est rattaché à Matignon et présidé par Philippe Martin, ancien conseiller économique d’Emmanuel Macron.
    Parmi les signataires de ce papier, il y a aussi un membre du Conseil scientifique, le Pr Arnaud Fontanet, qui a milité pour le passe sanitaire. Donc, ce n’est pas un travail scientifique indépendant, au sens d’absence de conflits d’intérêts avec le pouvoir politique. D’autant plus que ce focus a été publié le 18 janvier, soit deux jours après le dépôt d’une saisine du Conseil constitutionnel sur le passe vaccinal.
    En dehors du passe sanitaire ou vaccinal, en quoi l’expertise scientifique n’a pas joué son rôle depuis le début de la crise ?
    Souvenez-vous des positions sur le masque au début 2020. Le HCSP, comme les autres instances d’ailleurs, a clairement suivi les positions publiques des politiques qui affirmaient que le masque ne servait à rien. Or, son rôle d’instance sanitaire aurait dû consister à dire : « Le masque est nécessaire, c’est un outil de réduction des risques ». Ce sont des choses que les experts savaient, mais ils se sont censurés pour “ne pas mettre le ministre de la Santé en difficulté”, comme cela m’a été dit.
    Macron avait dit : “On est en guerre”. Donc, on ne pouvait pas contredire les affirmations du directeur général de la santé ou du ministre qui avaient dit que c’était inutile, voire dangereux. Sur le masque, même si on pensait autre chose, il ne fallait pas le dire. Dans l’avis que j’ai écrit en mars 2020, j’ai parlé du masque. Le ministère de la Santé m’a clairement fait remarquer que cela n’était pas politiquement correct d’en parler.

    On assiste aujourd’hui à un processus de décrédibilisation de toute voix discordante. C’est devenu très dur pour un expert de dire : “Je ne suis pas tout à fait d’accord avec les politiques”. Car on risque de nous faire entrer dans le camp des complotistes. Il est par exemple devenu difficile d’émettre le moindre doute sur la politique de vaccination. Les gens sont tétanisés, ils ont peur de passer pour des antivax ou des complotistes.
    D’autres raisons vous ont-elles poussé à démissionner ?
    Le HCSP manque cruellement de moyens. À titre d’exemple, j’ai piloté un avis complexe, relatif aux bénéfices-risques de la cigarette électronique, publié en novembre dernier. 6 000 articles sont sortis ces dernières années sur le sujet, j’ai dû me charger moi-même de la revue de la littérature, le soir et le week-end ! Pire, pour nous accompagner, nous avons un seul chargé de projet salarié du Haut conseil, mais il est mobilisé sur dix avis à la fois…
    On ne peut pas s’appuyer uniquement sur du bénévolat sur des sujets aussi complexes qui nécessitent de faire la revue de la littérature, des entretiens, de rédiger, de communiquer sur l’avis. Durant la crise sanitaire, le HCSP a fourni un travail exceptionnel. Les experts ont travaillé jour et nuit sur leur temps personnel, n’ont pas pris de vacances. Cela n’est même pas reconnu par le recrutement de deux à trois chargés de projet… Je pense aussi que le HCSP doit se donner les moyens au niveau de la prévention et de la promotion de la santé.
    C’est-à-dire ?
    Un peu avant mon départ du HCSP, j’ai milité pour que l’on se dote à nouveau d’une commission dédiée à la prévention. La France a des performances médiocres dans le domaine : mortalité prématurée extrêmement forte, inégalités sociales et territoriales importantes. Tout le monde est d’accord pour faire ce virage préventif qui nécessite une expertise sur la prévention. Or, ce champ est aujourd’hui complètement vierge, car le HCSP et les agences sanitaires ne s’emparent pas du sujet. C’est dramatique.
    Pourquoi affirmez-vous que le HCSP ne s’empare pas du sujet de la prévention ?
    Parce que l’expertise en prévention dérange les décideurs. Par exemple, sur le sujet de la couverture vaccinale, on sait que la moitié des non vaccinés ne sont pas des antivax, mais des personnes âgées isolées qui vivent loin des centres de vaccination, des SDF, des migrants qui parlent mal le français, des personnes qui n’ont pas accès à internet… Une politique de prévention efficace, c’est aussi s’intéresser à ces déterminants structuraux : l’aménagement du territoire, les inégalités socio-économiques. Mais tout cela dérange, car cela remet en question les politiques.
    Durant la crise sanitaire, le HCSP a émis de nombreux avis techniques mais aucun avis stratégique. Il a pourtant, normalement, une mission stratégique mais c’est le Conseil scientifique qui a fixé les axes stratégiques importants durant la crise : confinement, couvre-feu, stratégie de vaccination, etc. Le HCSP se contente d’émettre des avis techniques de mise en application. On assiste à un dévoiement complet de l’expertise.

    • Bonjour Chadenys, une bonne nouvelle : « « les marginlisés » de tous horizons échappent ,pour le moment, à ces injections . Toute journée de gagnée est une victoire.

    • Merci Denys. “..n’ont pas joué leur rôle durant la crise sanitaire. Celui-ci consiste à élaborer de l’aide à la décision, y compris quand elle ne va pas dans le sens du décideur ! Or, cette aide à la décision s’est transformée en service après-vente de décisions qui étaient déjà prises en amont”. On s’en doutait, au moins c’est dit par un des intéressés.

    • Et voilà depuis hier soir avoir été infecté mais non vacciné n’est plus considéré comme ayant reçu une injection. LE DOCTEUR VÉRAN a encore frappé. Les règles changent sans arrêt avec des justifications plus malhonnêtes les unes que les autres. Qui va accepter de vacciner des patients récemment infectés sachant qu’on est passé de 7 mois entre l’infection et la vaccination à 4 mois il y a 15 jours et à zéro aujourd’hui … Y a t il un médecin (un vrai ) dans la salle ?

      • De ce que j’ai compris de véran-la-science dans ses œuvres (il s’abrite quand même derrière fischer qui est, lui aussi, un saint homme)
        Si vous avez eu 3 infections, il faut tout de même une injection
        … dans tous les cas il faut au minimum une injection
        (d’un produit qui ne marche pas).
        Et le pass est valable sans limite de temps jusqu’à ce que la situation évolue, et c’est cong, gageons qu’elle va probablement évoluer …

        • Comprenez une fois pour toutes que ce qui compte pour eux,, ce n’est pas de vous protéger contre le covid, mais de vous injecter leur graphène… ceci tous les 3 mois, parce qu’en principe, grâce au glutathion, notre organisme s’en débarrasse au bout de 4 mois, du moins celui qui est en circulation dans le sang (il en faut qui circule, pour faire office d’antennes relais , selon ce que j’ai pu trouver comme documentation…(je ne sais pas ce qu’il en sera de la partie connectée) pour le moment, on est encore des cobayes, au stade des essais et mises au point…tous les moyens semblent bons pour nous bourrer de graphène… Chemtrails, tests nasopharingés, vaccins divers, même aliments ! etc, etc… même transmission possible entre vaccinés et non vaccinés…après, c’est , je pense, question de dose, mais il suffira de l’entretenir…

  9. Bonjour,
    je voudrais me permettre un hors-sujet par rapport aux cardites: les pb hormonaux. Le frère d’une amie a eu un effet secondaire dont je n’avais jamais entendu parler, parmi les centaines de descriptions dans les témoignages que j’ai pu lire: il a eu une poussée de croissance des seins. Avec douleurs terribles. Les chirurgiens ont travaillé du bistouri pour lui enlever ça, c’est tout ce qu’ils peuvent faire et la victime n’a pas d’explication. Je ne sais pas s’il reçoit un traitement hormonal pour que ça s’arrête, je n’en sais pas plus. Est-ce que quelqu’un est au courant de troubles hormonaux dûs à l’injection, qui aboutissent à cette chose… monstrueuse?

  10. Ce soir la totale. On voit venir la stratégie des criminels pour conserver le pass. Alors qu’on sait que leurs vaccins ne marche pas (et qu’on veut refiler du moderna à la place du pfizer en rupture ?), que les injections déclenchent des réactions immunitaires pour des prunes puisque les spikes datent du Wuhan, et que les anticorps deviennent facilitant, qu’ils n’ont pas encore des nouvelles” injections” adaptées (prévues par Albert en mai) pour omicron disparu déjà pratiquement, on entend l’incroyable. Pour s’immuniser pour la suite, le véreux dit qu’on doit AU MOINS avoir une injection !! Donc, pour le pass vaccinal, je dois me faire injecter un truc OGM, inutile, inadapté, qui va déclencher des réactions immunitaire potentiellement dangereuses pour un virus disparu. Et affaiblir mes défenses persos. Et on doit avaler ça ? ET 13 enfants sont décédés récemment. Alors qu’il n’y avait qu’un seul décès entre mars 2020 et fin 2021 je crois. Ils sont vraiment fous de conneries. Avec un niveau de corruption impensable.

  11. Ecrit il y a déjà longtemps…
    Par le docteur Jacques CORALLO Nice le 06/07/2021
    Je reste strictement médical. Je parle des effets indésirables du (des)vaccin. C’est à dire des « thérapies géniques préventives » généralement présentées sous le nom de vaccin. Définition à préciser. Les effets indésirables parfois mortels sont avérés et connus même par les professeurs de télévision. C’est dire à quel point le problème est réel. Dans ces conditions, prenons par exemple le cas des myocardites. Certaines questions peuvent se poser et elles sont effrayantes. Il y a les formes déclarées apparentes, mais cela n’est il pas la partie émergée de l’iceberg ? Qu’en savons nous ? N’y a t il pas dix fois plus de formes inapparentes à l’avenir incertain ? Car que savons nous de l’avenir de ces patients, de ces jeunes patients ? Rien si ce n’est ce que j’ai pu lire je crois dans ce blog. Un tiers des patients atteint de myocardite, toutes causes confondues, est un jour ou l’autre candidat à une greffe cardiaque. Et de plus l’évolution défavorable de la maladie va se faire de façon latente pendant plusieurs années. Ce que j’ai lu parce que jusqu’à présent il s’agissait de maladies extrêmement rares et au cours de ma carrière je n’en ai observé aucune. Bien nous sommes confrontés à des interrogations, dramatiques. Alors n’y aurait il pas lieu si nous vivions dans un monde normal de chercher à répondre à ces questions ? Il serait opportun de protocoliser le suivi des jeunes vaccinés ou au moins d’un groupe important d’entre eux en faisant par le biais d’examens cardiologiques poussés et répétés une recherche de formes latentes de myocardites, d’en tirer des résultats et des recommandations. Mais il me semble que rien n’est fait. Ce n’est pas grave, ça va passer. Même commentaire pour les troubles menstruels. Le vaccin n’est il pas à l’origine de perturbations hormonales ? Lesquelles ? Ovariennes, hypophysaires ? Temporaires, durables ? Mystère et boule de gomme. Aucun travail d’investigation. Vaccinons, vaccinons et surtout les jeunes et bientôt les enfants ! Quant à la troisième dose, je ferai part plus loin de mes doutes.

    • Vous dites: 1/3 des personnes atteintes de caraïbes sont candidats un jour ou l’autre à la greffe cardiaque ?
      Avez-vous une source irréfutable ? Cela permettrait de faire une publicité importante dans les journaux , et chez nos proches

    • ” Il serait opportun de protocoliser le suivi des jeunes vaccinés ou au moins d’un groupe important d’entre eux…” la première chose serait prévenir les “candidats” qu’ils participent à une étude de phase 3, en leur présentant des documents fiables et détaillés des bénéfices- risques…. comme le prévoit la réglementation. Mais quel bénéfice pour des jeunes , sachant que maintenant Israel a reconnu que sur des populations générales, plus agées, le vaxx ne protège même pas des formes graves). dans ce cas…

      • Je précise. Je parle de ceux qui ont été “vaccinés”. Je suis vigoureusement opposé depuis le début à ce traitement non évalué et potentiellement dangereux. De plus je vois ce matin que la Suède rétropédale concernant les enfants. Malheureusement pour certains il sera trop trad.

  12. Je voudrais revenir sur l’excellent post de « Muscade » à propos des risques comparés du vaccin et de la maladie : le vaccin est une certitude à partir du moment où il est injecté, la maladie est une hypothèse, on ne peut pas être certain ni de la contracter, ni d’en avoir une complication cardiaque. Une de mes nièces, infirmière de 22 ans est victime d’une myocardiopathie génétique sévère, et en plus d’une hémochromatose. Son frère aîné est mort de cette maladie à l’âge de 26 ans, tout comme son oncle à 38 et son grand-père à 45. Elle sait parfaitement qu’elle ne survivra pas à une myocardite. Son choix a été de donner sa démission plutôt que de se faire vacciner, et d’espérer ne pas avoir une éventuelle complication d’une hypothétique Covid. Je pense qu’elle a raison. Au passage, son médecin traitant, son cardiologue et son généticien ont refusé de lui établir un certificat de contrindication…

    • “Au passage, son médecin traitant, son cardiologue et son généticien ont refusé de lui établir un certificat de contrindication…”
      Mais il faut qu’elle dépose plainte auprès du conseil de l’ordre, et de la justice tout simplement! C’est ahurissant !

    • C’est là qu’on voit que malheureusement certains médecins, nez dans le guidon, ne réfléchissent même pas aux conséquences de leur refus, ils sont déshumanisés, droit dans leur certitudes pro vaxx. Hélas. j’espère que votre nièce supportera physiquement et psychologiquement cette malveillance par des gens qui on oublié ” d’abord ne pas nuire”.

      • En arriver à de telles décisions, cela devrait conduire à une interdiction de la profession définitive, car ils sont soit incapables de réflexion, soit ils ont des conflits d’intérêt, soit ce sont des psychopathes.

      • Négligence criminelle de leur devoir à l’égard du patient.
        Devant le juge, ils auront du mal à expliquer qu’ils ne savaient pas.
        La médecine humaine est ravalée au rang du traitement de masse du bétail.

      • Pour faire ce certificat de contre indication, le médecin doit remplir un cerfa (le 16183*01) où la liste notée des contre-indications est notée, est très courte. Et le médecin coche (il ne fait pas de lettre justifiant son choix, ce ne sera pas lu) et y joint des documents prouvant ses dires (compte-rendus d’hospitalisation, bilan allergo, concertation pluridisciplinaire….). La pathologie de cette jeune femme ne fait pas partie de ces contre-indications. Je sais, c’est complètement débile. Mais un certificat rédigé par son médecin ne lui servira à rien. En tout cas, pas à aller bosser. Et la sécu vérifie. À la limite, moi j’avais vu passer un certificat (pour une dame qui a toutes les allergies possibles et imaginables) où son médecin avait assorti ça d’une prescription de deux tests par semaine. Mais elle n’avait besoin que d’un passe sanitaire. Et non vaccinal. J’ai vu aussi un certificat pour un jeune homme, sur papier libre, ce qui lui a permis d’arriver aux USA sans être vacciné. Eux le papier libre est accepté.

        C’est évident que leur liste ridicule bouche le truc. Et si un médecin fait ce certificat, sans les bons justificatifs, à quoi cela servira-t-il?

        Avant juillet j’en faisais des certificats sur papier libre. Ils n’ont pas servi longtemps…. (Les post vaccin : asthme aigu grave, HTA subite à 19/11 avec perte de connaissance, névrite vestibulaire, névrite crurale post première dose…) Et même sans avoir eu de dose.
        Rien que le fait d’être enceinte devrait être une contre-indication.

        • Bonjour @alekp
          Vous avez fait le maximum pour éviter à ces personnes en contre-indication MANIFESTE, une injection dangereuse pour elles.
          Si l’Etat leur a ensuite forcé la main, il est clair que vous n’y avez pas contribué.
          Différent est le cas des médecins (“son médecin traitant, son cardiologue et son généticien ont refusé de lui établir un certificat de contre-indication…”) cités par @crazycrocodoc

    • @CRAZYCROCODOC “Au passage, son médecin traitant, son cardiologue et son généticien ont refusé de lui établir un certificat de contrindication…”
      Par manque d’informations correctes (quel médecin a le temps de lire tout ce qu’il faudrait ?) ils partent du principe qu’elle est une “personne à risque” et qu’il faut, selon les recommandations qu’ils ont reçu, qu’elle se protège avec le “vaccin” alors que celui-ci n’est justement pas sans risque.

      Je ne suis pas médecin, mais je ne comprends pas la logique de dire qu’il faut vacciner les “personnes à risque” et les personnes âgées en leurs inoculant un produit possiblement – je reste gentil – toxique. Une personne “fragile” n’est-elle pas justement plus sensible et à risque de mal réagir à l’inoculation d’un produit ? Ou au contraire, parce que son système immunitaire est affaibli cette personne a moins de risque de faire une réaction ?
      Et pour une personne en bonne santé, se faire vacciner c’est prendre le risque de se retrouver dans le groupe des “personnes à risque” alors pourquoi prendre ce risque ?
      On nous parle de bénéfice-risque de ces “vaccins” anti-COVID-19, où sont les bénéfices ? (dans les poches de certains… pchutt tais-toi)

      En plus, au niveau de l’efficacité ils roulent bien tout le monde en donnant le taux RRR (réduction de risque relatif) et non le taux ARR (réduction de risque absolu).
      Voir article paru dans The Lancet donnant des taux ARR pour ces “vaccins” : https://www.thelancet.com/journals/lanmic/article/PIIS2666-5247(21)00069-0/fulltext
      En complément : https://www.thelancet.com/journals/laninf/article/PIIS1473-3099%2821%2900075-X/fulltext

      Je parle de produit toxique car en épluchant les compositions données par les fabricants des 4 “vaccins” (Comirnaty, Spikevax, Janssen et Vaxzevria), en regardant chaque composant en détail (je peux en faire un pdf s’il le faut), je ne peux comprendre que l’on injecte ces produits. Chaque composant pratiquement est toxique pour le corps humain avec bien des composants qui sont oxydants pour les cellules du corps humain. Il y a aussi plusieurs composants qui ont pour caractéristique d’avoir un pouvoir coagulant, d’être neurotoxiques, … certains composants qui ne devraient pas être mélangés ensemble, … C’est ça la médecine ?

      “Tout est poison, rien n’est poison, c’est la dose qui fait le poison.” Bien que cette citation n’est plus valable après la “découverte” des perturbateurs endocriniens… que ce passe-t-il avec un cocktail de doses de poison ?

      Ajouté à cela ce que plusieurs ont trouvé dans ces “vaccins” et qui n’est pas indiqué par les fabricants (certains auraient trouvé : aluminium, bismuth, cadmium, chrome, cuivre, étain, fer, magnésium, manganèse, nickel, silicium, soufre, titane, vanadium, parasite Trypanasoma Cruzi, plomb, oxyde de graphène, …) (Voir cette étude de 2017 sur les contaminants des vaccins http://medcraveonline.com/IJVV/IJVV-04-00072.pdf parlant des possibles problèmes de contamination dans les chaînes de production et émettant également la possibilité d’actes volontaires.) Mais aujourd’hui, avec l’oxyde de graphène trouvé dans les “vaccins” anti-COVID-19 la question ne se pose pas.

      Tout ça pour dire que je trouve aussi que votre nièce a bien fait. Et au passage merci.

      • @Muscade « mais je ne comprends pas la logique de dire qu’il faut vacciner les “personnes à risque” et les personnes âgées en leurs inoculant un produit possiblement – je reste gentil – toxique. »
        Est-ce qu’on prend plus soin de la santé des animaux que des humains ?!
        En ce qui concerne la vaccination du chien, on peut lire par exemple :
        « Que faire avant et après l’injection ?
        La vaccination doit être pratiquée sur un animal en bonne santé […] Lorsqu’un chien est vacciné, il est important qu’il soit en bonne santé car l’injection sera plus efficace et mieux tolérée par votre animal. […]
        Votre vétérinaire, procède à un examen minutieux de votre chien avant de le vacciner. Il s’assure que tout va bien et qu’il est prêt à recevoir une injection. » https://www.vendeovet.fr/vaccination-du-chien/
        « Avant de vacciner le vétérinaire réalise une consultation avec un examen clinique qui permet de s’assurer que l’animal est en bonne santé. En effet c’est nécessaire pour être vacciné, il faut que le système immunitaire soit capable de réagir correctement au vaccin. » https://www.biocanina.com/pourquoi-quand-et-comment-vacciner-son-animal
        « Un animal malade peut être vacciné : faux, on ne vaccine que des animaux en bonne santé pour la mise en place d’une réponse immunitaire optimale. » https://ch.virbac.com/sites/virbac-fr/home/toutes-les-maladies/vacciner-son-chien-et-son-chat.html?preventiframecaching=1

        • Merci pour le partage.
          Cette différence pour les animaux de compagnie alors que l’homme est aussi un animal. Par contre pour les animaux de rente, certains ne doivent plus comprendre grand-chose à ce qui leurs arrive avec tous les cocktails qu’ils reçoivent… et on veut nous traiter la même chose. Heureusement, on peut encore dire non !

  13. Il est tout à fait possible que le nombre réel de cardites soit supérieur si l’on prend en compte que certains de ces événements sont sans doute asymptomatiques. Deux exemples personnels récents.
    Le premier, femme de 46 ans vaccinée au Moderna le 8 octobre. Par hasard, elle fait le 5 décembre une analyse biologique que je lui ai demandée en raison d’un cholestérol total trop élevé. Par hasard toujours, mon ordonnance type comporte le dosage des CPK, enzyme d’origine aussi bien musculaire que cardiaque. Le but du dosage est d’évaluer la tolérance ultérieure aux statines qui risquent d’être nécessaires si le LDL est trop élevé.
    Les CPK sont à 1260, sans la moindre anomalie clinique, médicament suspect, ou contusion musculaire ou activité musculaire inhabituelle. Le cœur est absolument normal à l’examen. Le 17 janvier, le dosage de CPK est à 72. La seule explication que j’ai pu trouver est la survenue d’’une myocardite silencieuse. J’ai fait le signalement et reçu ensuite un mail me demandant des précisions.
    Le deuxième, homme de 76 ans, vacciné au Pfizer le 2 novembre, consulte le 14 décembre pour une douleur du membre inférieur antécédent d’infarctus myocardique il y a 18 ans et stripping veineux. Pas de phlébite clinique, le Doppler est normal mais les D dimères sont à 3300. Aucune symptomatologie cardiaque ou pulmonaire. Perplexe, me demandant s’il n’a pas fait malgré tout une embolie pulmonaire a minima, je demande un cliché pulmonaire qui s’avère un document papier de mauvaise qualité mais sur lequel figure une image un peu douteuse de la base gauche, le radiologue suggère un angio-scanner. Il a raison : si l’image pulmonaire n’a pas de signification, l’examen révèle une péricardite de faible abondance, indétectable cliniquement. Là encore, à part le vaccin, je ne vois pas. Je n’ai pas eu le temps de faire la déclaration.

  14. Le meilleur moyens de savoir serait de comparer les chiffres de myocardites de 2020 et 2021 par rapport aux années précédentes.
    Mais apparemment difficile d’avoir les chiffres

  15. La vaxxination serait elle plus toxique parce que les spicules S1 sont plus courtes et nécessitent moins d’énergie et de temps pour être produites, le virus se répliquant moins vite?
    Plus de spicules S1 dans l’organisme => plus de réactions immunitaires, donc plus de dégâts. Pour le muscle cardiaque, s’il est atteint, c’est irréversible.

  16. Bonjour les mimosas, il y a t il une différence entre les myocardites dues à la maladie Covid-19 et celles dues aux injections si gentiment proposées et quoi ? Gratuites ? Mmmm ça compte! L’enviable destinée de ces prédateurs à deux pattes ; s’envelopper de soie pour se vautrer dans le caniveau. Ce mépris pour l’essence humaine est difficile à supporter. Je préfère , en la matière, les recherches artistiques du Sieur Giacometti.

    • Ok pour le vaccin , mais se pose t ‘on des questions sur les médicaments qui sont prescrits , que les patients prennent et sans aucuns contrôles ni surveillance !!!! Et là personne s inquiète

  17. Avant que les décideurs français n’admettent le moindre effet “indésirable”, il coulera encore de l’eau sous les ponts…
    Ils seront les derniers à avouer (s’ils avouent un jour), quand tous les autres seront tombés.

  18. Les problèmes de cardites n’étant qu’un parmi les nombreux effets secondaires déjà relatés par les médecins généralistes on peut craindre pour l’avenir : qu’en sera t’il des effets à long terme ?.

  19. Merci encore pour vos publications riches et documentées. Une étude toulousaine (Pharmacologie CHU de Toulouse) de JL et François Montastruc publiée en décembre 2021 est significative d’un impact évident du dit vaccin sur l’inflammation cardiaque. Vous trouverez cet article sur Google. Ils ont pris en compte des déclarations officielles d’effets secondaires graves en France, Allemagne, Espagne, Italie Royaume-Uni jusqu’au 14-9-2021 et cela depuis le début de la vaccination (Pfizer, Moderna) . Je résume: Sur 4942 déclarations d’effets indésirables graves chez des adolescents, 242 sont imputables à des myocardites ou péricardites. Dans 8 cas sur 10, hospitalisation nécessaire. Délai d’apparition de 4 jours après la 1ère dose et de 3 jours après la 2ème. Risque 5 fois plus important après la 2ème dose par rapport à la première. Risque 10 fois plus important chez les garçons que chez les filles. L’indice du nombre moyen mensuel de myocardite ou de myopéricardite qui était de 16,9 (IC 95%, 15,3-18,6) avant la vaccination est passé à 27,3 (soit 70% d’augmentation) avec: IC 95%, 22,4-32,9, à partir du début de la vaccination. Leur conclusion me laisse néanmoins perplexe quand on connaît la très faible proportion de cas moyens ou graves Covid 19 chez les moins de 20 ans. En effet, ils précisent cependant que ces chiffres ne remettent pas en cause le rapport bénéfice-risque du vaccin chez les jeunes tout en ajoutant : ” Notre travail n’est pas une alerte mais un élément d’information”. A chacun de juger l’utilité de ces dits vaccins chez les plus jeunes. Quant à vacciner les moins de 12 ans…Folie furieuse pour un produit qui ne protège même pas de la contamination envers autrui.

    • Le problème, c’est qu’on traite toujours des cas déclarés. On sait que chaque fois qu’il y a une complication, elle est déniée. Les remontées des médecins n’intéresse personne, et la plupart d’ailleurs nient aussi la parole de leurs patients. Si un cas sur deux n’est pas déclaré, ou un sur dix, le rapport bénéfice risque n’est plus le même. C’est ce que j’ai cherché à savoir, sans rien pouvoir affirmer, tant on a du mal à parler de la même chose. Tout ce qu’on sait et qu’on peut affirmer, c’est que ce qu’on nous dit est inférieur à la réalité, mais dans quelles proportions ?

    • Pour la conclusion de l’étude, si j’ai bonne mémoire Mr Maudrux parlait de: ”réserves d’usage” c’est le cas de presque toutes les études il me semble.
      L’important est avant, si les chiffres sont moisis, c’est moisi, POINT.

    • Ça rejoint la discussion que nous avions hier soir ici même. Et certes ;

      “the benefit–
      risk assessment
      for COVID-19
      (mRNA)
      vaccination
      underscores
      a very strong
      favourable
      balance for all
      age and sex
      groups”

      Mais qu’en est il de personnes vaccinées ET covid. L’étude compare les myocardites dans la population générale avec celles post covid et celles post vaccin. Mais je ne vois rien sur les personnes vaccin et covid. C’est bien précisé ici:

      “Moreover,
      with COVID-19 vaccination, the risk of myocardial
      injury and myocarditis decreases 1,000-fold in the gen-
      eral population”

      “General population”. Il faudrait comparer avec pooulation vaccinée et covidee.

    • Pour les sportifs c’est leur choix, et pour moi, avec les saletés s’ils prennent pour performer, ce sont sans doute des personnes fragilisées. Et sans doute y a t il dans la liste plus que ceux DCD apres injections., c’est le risque quand on reprend une liste déjà faite. C’est dommage, car une mauvaise référence vous fait oublier le corps du texte de zola.
      D’ailleurs si vous avez le temps, vous rendriez un grand service à tous les honnêtes gens de ce blog -redondance, au troll près nous sommes tous honnêtes- en nous indiquant ceux qui ne sont pas concernés par le vaccin.

      Mais quant au nombre global …en un an! Wouahh c’est vraiment dangereux d’être sportif depuis 2021.
      Et
      Pour les enfants, au hasard, combien de myocardites sans aucun signe d’alerte avant?

    • Vous prétendez avoir pris ce nom au hasard : il se trouve par hasard être celui révélant la date de décès la plus ancienne arrivant en haut de la liste

      • Oui et on peut penser qu’il a pu être vacciné avant son tour pour des raisons de calendrier de matchs.
        PLMGAUTHIER merci de vérifier le reste de la liste. Ça fait beaucoup trop ? On ne vous le fait pas dire…
        Moi j’ai peur pour nos 3 petits fils.

    • Name
      Stephane Heymans
      Activities
      Peer review (1)
      C’est un Peer Reviewer ! Quels sont ses liens d’intérêts , ses conflits ?
      Mon fils, chercheur, a refusé de le devenir pour garder son indépendance car il savait qu’il subirait des pressions!

    • Voici la traduction d’un passage concernant vos chiffres “têtus” ….”contrairement à la présentation généralement bénigne et le bon résultat de la myocardite associée au vaccin, la COVID-19 est associée à un risque majeur de complications cardio-vasculaires “… Pourquoi ne parlent-ils pas aussi des nombreuses autres complications dues à la vaxx ? Pourquoi ne disent-ils pas combien de personnes non vaxx vont attraper le covid, donc auront un risque de myocardite, c’est finalement assez peu, alors que la vaccination concerne plus des 3/4 de la population (plus de 90% selon leurs chiffres)
      Entre risquer, d’une part, une infection covid hypothétique que la vaxx n’empêche pas, qu’on peut éviter ou soigner efficacement avec AZY, IVER, Zinc, vit D, etc (sans la volonté criminelle de qui vous savez), ou d’autre part subir une vaxx à risque, qui n’apporte aucun avantage en terme de protection, ni même sur les formes graves, ce qui est maintenant reconnu en tre autres en Israel, le choix devrait être vite fait.
      Celui qui boit ou fume prend des risques, mais en retire au mois dans une certaine limite, un plaisir…
      Pour le vaxx, celui qui en retire un plaisir doit être masochiste, et celui qui l’oblige est un psychopathe
      Autant se taper la tête contre les murs !

    • @PLMGAUTHIER
      Si vous êtes familier de ce blog et du forum vous pourriez savoir que la liste des sportifs avec des problèmes de type cardite et thrombose a été faite par un intervenant du forum et que nous sommes nombreux à l’avoir fait connaitre pour signaler et prévenir les autres autant que faire ce peut .
      Un sportif a pu se faire piquer pour cause de déplacement dans un pays où c’était imposé et il a aussi pu décider de se faire injecter à l’étranger avant l’obligation dans son propre pays.
      Par ailleurs vous croyez faire une démonstration en contre , en citant un texte qui dit qu’une myocardite n’est pas grave et qu’on s’en remet. Ça arrive effectivement. Si on s’en remet c’est souvent mal, avec une capacité d’effort diminuée en fonction de la gravité , et avec une espérance de vie raccourcie. Tout ça pour prévenir une maladie, que le jeune obligé à l’injection mais en super forme physique, n’aurait même pas attraper .
      Comme vous dites c’est ballot.

    • Ces chiffres sont dans les études citées. 1 à 2 / 100 000 il me semble. Il faut savoir, dit ici et souligné par l’ANSM, leurs chiffres correspondent au surplus, c’est à dire tenant compte de l’incidence naturelle hors vaccins et covid, dont les chiffres sont soustraits.

  20. J’ai pu faire avancer le PDF en préparation du livre dynamite de Robert F. Kennedy Jr – Chapitre 8 La malfaisance blanche : les atrocités africaines du Dr Fauci ► https://resistance71.wordpress.com/2022/02/01/le-veritable-anthony-fauci-bill-gates-big-pharma-et-la-guerre-globale-contre-la-democratie-et-la-sante-publique-robert-f-kennedy-jr-chapitre-8/

    R71 m’ayant prévenu que le Chapitre 9 était EXPLOSIF !
    RFK Jr a voulu marquer les esprits en allant crescendo avec les derniers chapitres qui devraient faire tomber la dictature covidiste en agissant comme des petits détonateurs supplémentaires.

  21. Toujours passionnant et instructif, je le place dans ma publication de ce jour, en appui du Presque Dr. T’Ché-RIEN et dans le même style que le dernier ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2022/01/31/tenons-bon-on-les-aura-ces-cronnards/ que j’ai particulièrement commenté et du fait que RIEN a énormément documenté le fait que les cardites réduisent entre 5 à 10/15 ans max l’espérance de vie !

    Donc, balayer d’un revers de mains l’explosion des cardites après vax est juste criminel mais ça on le savait déjà, pour beaucoup…

    • On m’a apporté cette information justement que je vous transmets ;
      Incroyable ! En Angleterre, une maman a voulu connaître le taux de réactions indésirables à la vaccination contre le Covid-19 chez les enfants, pour prendre une décision éclairée. Personne ne voulant lui donner, elle a porté l’affaire en justice devant la Haute Cour… Mais le juge Jonathan Swift a rejeté la demande, arguant que les parents n’avaient pas la capacité d’interpréter correctement les données. En fait on est trop cons quoi…..

      https://dailyexpose.uk/2022/02/01/judge-decides-kids-covid-vaccine-deaths-confidential/

      Et j’espère que cela n’en restera pas là.

      • Il est particulièrement consternant d’être aussi dogmatique et aligné alors qu’on porte un nom aussi glorieux dans l’observation acérée de l’humanité.

  22. @ZOLA. Encore merci. Votre synthèse montre bien qu’il est impossible d’anticiper sur le variants suivants, avec des anticorps d’un ancien virus aux spykes forcément différentes.
    Problème important. Il y a les quantités importantes de thromboses à propos desquelles en France, on ne va pas voir de liens avec ces injections. Mais il est possible (voir les propos de L Montagnier), qu’en jouant avec le diable dans un P 4 ici ou là, le virus ait des propriétés diaboliques de pouvoir créer des ischémies. Cette thèse qualifiée de complotisme est peut-être une seconde méchanceté de bigpharma, d’avoir le pouvoir de nous rendre tous malade à vie. Avec la complicité des gouvernements corrompus et avec MK à la manœuvre en arrière plan. Ils n’en sont pas à leur coup d’essai, avec le scandale des opiacés. Vu vos indications, cela ma parait encore possible. Encore merci pour cet éclairage.
    Savez-vous si le règlement n°536/2014 du 16 avril 2014 sur les médicament sen phase d’essai 3, va s’appliquer chez nous à partir du 31/01/2022, ou si c’est du pipeau ? Cela aurait le mérite de permettre aux soignants suspendus sans salaire de reprendre leurs activités.

  23. Le crash du F35 americain,en mer de Chine, pres du porte avion Carl Vinson,en phase d appontage,serait du a un probleme cardiaque chez le jeune piliote post vaccin a 3 jours …….

  24. Bonjour,
    D’abord merci pour ce travail d’information. Les “pantoufles silencieuses” ne pourront pas dire “je ne savais pas” ou pire “j’ai obéi aux ordres”, ou à l’Ordre…
    Y aura-t-il un procès un jour ?
    Certes, nous sommes en guerre (six fois) contre un virus. Notre “Président Bien Aimé Petit Père du Peuple”, Chef des Armées, n’étant ni militaire ni médecin ne risque pas d’être inquiété. Mais les confrères qui le suivent et le “fayotent” – Ministre de la Santé et médecins attachés à ce Ministère, médecins députés ou sénateurs, du Conseil Scientifique, ou de l’Ordre aux ordres (on ne renie pas ses origines), des plateaux de TV, qui nous présentent et nous vendent la “salade” commandée par leur Président ne sont-ils pas coupables, et au moins complices ?
    Car, en tant qu’un peu immunologiste (thèse chez C. Ropartz, Directeur, à une époque lointaine, d’un laboratoire de référence de l’OMS sur les immunoglobulines) je n’ai jamais compris pourquoi la recherche d’anticorps anti-SARS Cov2 était “non pertinente” avant une “vaccination”. Pourquoi un sujet GUÉRI de la Covid19 DOIT recevoir une “injection” six (cinq ? quatre ?…) mois plus tard s’il ne veut pas être “emmerdé”.
    Cynisme ? Incompétence ? Souci de l’équilibre des comptes sociaux (euphémisme) ? Cupidité ? Mais sûrement “foutage de gueule”.
    Confraternellement

    • Hé oui, je me pose la même question : sur quels éléments scientifiques est basé le délai raccourci avant injection pour ceux qui, ayant eu le covid, sont immunisés naturellement ? Immunité bien supérieure à celle du vaccin, en prime.
      Vous avez digéré le covid et sa spike, vous en reprendrez bien une petite dose ? Pour moi, c’est criminel… Mais quel médecin va le dire ?

    • Pourquoi aussi demander aux malades covid de rester chez eux avec très spécifiquement du doliprane, pourquoi le Vidal demande maintenant de ne pas faire de D-dimères avant et après vaxx… etc… rie que là on aurait de quoi les condamner très sérieusement

  25. Sur quel grand nombre bien contrôlé d’injectés – ne serait-ce que d’un seul pays – peut-on, en généralisant, affirmer péremptoirement et « scientifiquement » évidemment que les troisièmes injections d’un liquide « non identifié » pas forcément identiques aux deux précédentes, dans les « quatre coins de l’hexagone »par exemple, ont « au minimum » protégé pour une durée inconnue des formes graves d’une maladie forcément pas identique selon les récepteurs selon l’année, soit 2020, 2021 ou 2022 ?

    • C’est une religion, on ne discute pas. Notre grand Druide nous l’a rappelé hier. On peut aussi lire Mucchielli, dès que ça sera réimprimé, sur la doxa.

    • C’est une expérience quantique parfaite !

      Vous pouvez affirmer que cela vous a protégé de la Covid-19. Puisque des vaccinolâtres ont mesuré un bond spectaculaire des anticorps. Donc c’est vrai, contre la souche spike prise pour cible des vaccins.

      et c’est parfaitement faux, exactement au même moment du constat de vérité. Puisque les milliers d’anticorps développés au moment du booster, ne voyaient arriver que des spikes différentes.

      En plus, les variants sont apparus, de moins en moins virulents, et sur une population moins fragile (Moisson à l’épisode 1). Que les ADE soient réels ou non ça sera improuvable à mon avis de ce fait là.
      ça restera une hypothèse.

      Donc un élément Fixe, la cible du vaccin des éléments variables; tout le reste de la planète autour.
      Tout le monde a raison et peut le prouver par des chiffres implacables !
      C’est l’école des Fans.

      • Bref, une illusion d’optique, bien étudiée par des illusionnistes professionnels.
        Mike Yeadon (s’exprimant en détail au sujet des lots) insiste sur le fait que les laboratoires comme Pfizer ne commettent pas d’erreurs, tous les processus au stade de la production sont vérifiés et hyper-vérifiés.
        Il ne s’agit pas ici des “études” préliminaires lancées et bâclées pour satisfaire aux critères d’approbation, alors que la décision politique avait déjà été prise.

    • Avec ma compagne, nous vivons dans un appartement au 4ème étage, et avons adopté une chatte Janna. Lorsqu’elle fait une “bêtise”, je la défends en disant :《 heureusement qu’elle est là, sinon NOUS AURIONS DES SOURIS DANS L’APPARTEMENT》 Prouve que j’ai tort.

  26. Les danois qui sont nettement meilleurs que nous en épidémiologie ont fait une évaluation de l’incidence des cardites chez les jeunes: total 1/100.000
    Pediatr Infect Dis J
    . 2022 Jan 1;41(1):e25-e28. doi: 10.1097/INF.0000000000003389.
    Population-based Incidence of Myopericarditis After COVID-19 Vaccination in Danish Adolescents
    Ulrikka Nygaard 1, Mette Holm 2, Cathrine Bohnstedt 1, Qing Chai 3, Lisbeth Samsø Schmidt 4, Ulla Birgitte Hartling 5, Jens Jakob Herrche Petersen 6, Jesper Thaarup 7, Jesper Bjerre 2, Niels Grove Vejlstrup 1, Klaus Juul 1, Lone Graff Stensballe 1

    • @JEAN CABANE. Curieux 1/100 000; dans mon entourage proche, les accidents vasculaires sont nombreux.Dans une autre tranche d’âge.

    • Même si les danois lèvent les restrictions, ils ne se déjugeront jamais car ils ont tiré sur la foule, alors les chiffres qu’ils fournissent “bien sot qui s’y fie” !

    • J’avais vu des chiffres d’études, et j’arrivais à 40 cas de cardites par 100000.
      Donc plus chez les jeunes puisqu’ils sont plus touchés. Ce qui ne signifie nullement que le vaxxin ne suit pas aux plus âgés.

    • Merci à Zola pour le billet qui pose bien la problématique, et merci à Jean Cabane pour cette référence, effectivement très intéressante — à mon sens on est en plein dans l’intérêt de ce blog, de permettre des échanges sur bases factuelles issues de différentes sources, sans être nécessairement toujours d’accord. Et effectivement nos voisins scandinaves sont bien souvent d’une rigueur scientifique implacable…
      Ayant téléchargé et lu l’article, je soupçonne qu’il y ait une faute de frappe dans ce commentaire, le chiffre donné étant de 1/10 000 pour les garçons, et non 1 / 100 000 — ce qui change beaucoup. Plus précisément, l’article rapporte une incidence de 97 par million pour les hommes, et de 16 par million pour les femmes, donc environ 10/100 000 (M) et 2/100 000 (F). Il n’y a pas effectivement à considérer de second chiffre significatif, les échantillons de jeunes patients sont limités, surtout pour les femmes (2 cas seulement), et donc les chiffres sont sujets à des fluctuations statistiques importantes.
      La discussion est également très intéressante; les auteurs soulignent que le chiffre est légèrement sur-évalué, car il faudrait y retrancher les cas de cardites spontanées, dont le taux est connu sur les années précédentes, ce qui revient à diminuer l’incidence de 10%. En regard, les auteurs citent plusieurs sources possibles de sous-estimation de l’incidence : le fait que la pathologie puisse apparaître plusieurs semaines après l’injection, et, pour les premières injections, venir se télescoper avec les secondes injections reçues, coupant ainsi l’énumération de cet effet indésirable post-première dose; le fait que certaines myocardites puissent ne pas être diagnostiquées — ainsi deux des sujets avaient initialement été déchargés de l’hôpital (comment dit-on en français?) sans que le diagnostic correct n’ait été posé; le fait que certains adolescents aient pu être pris en charge dans un service de cardiologie adulte, et donc ne pas apparaître dans la base de données pédiatrique.
      La discussion appelle aussi sans le dire ouvertement à un débat quantitatif et qualitatif sur le rapport bénéfices/risques, en restant strictement sur le périmètre des cardites. En effet, les auteurs donnent un taux de syndrome inflammatoire multisystémique avec atteinte cardiaque de 355 / 100 000, donc nettement plus élevé. Mais — sous réserve, je suis là hors de mon domaine de compétence — il me semble que le calcul du rapport bénéfices / risques doit faire appel à la probabilité de développer la maladie ; en population entière, et en supposant une couverture vaccinale proche de 100%, ce calcul revient tout simplement à comparer rétrospectivement le nombre brut de cas d’EI par cardite dans la population et la période considérées, soit 13, au nombre de cas de MIS avec atteinte cardiaque, soit 6. Donc quantitativement le rapport bénéfices / risques est inférieur à 1. Les auteurs soulignent alors que la gravité des MIS est plus forte que celle des myocardites analysées.
      En résumé, les chiffres avancés me semblent indiquer que le rapport bénéfices/risques pour les hommes est soit 1 si on considère que ces dernières sont beaucoup plus graves (je précise que je fais juste un résumé/analyse, je n’ai strictement aucune compétence pour donner un avis sur des gravités de pathologies).
      Dans tous les cas, on reste très loin de ce qui était le consensus scientifique et social pré-covid : un vaccin ne peut être médicalement validé et socialement accepté que si les EI sévères sont inexistants, à l’incertitude de l’évaluation près sur de nombreuses années, soit de l’ordre de 10-6.

      • … soit 1 si on considère que ces dernières sont beaucoup plus graves (…)
        Désolé pour le fragment de phrase disparu à la frappe…

        • M’enfin, dirait Gaston!! Apparemment tout ce que j’ai mis entre symboles “inférieur” et “supérieur” a disparu une seconde fois!
          En toutes lettres :
          … soit inférieur à 1 si on considère le rapport numérique des incidences entre effets indésirables cardiaques dues aux injections, et des atteintes cardiaques dues au covid, soit supérieur à 1 si on considère que ces dernières sont beaucoup plus graves (…)

          • @MICHELC : oui, tout ce qui était entre “inférieur” et “supérieur” a dû être considéré par le “navigateur” comme une sorte de mot-clé incompréhensible, et donc supprimé… Je ne sais pas si c’est cela que l’on appelle une “balise”? Que de vocabulaire marin! 🙂

    • Tous les chiffres officiels sont sous-évalués, au Danemark comme ailleurs, même avec les calculs les plus rigoureux, car c’est au niveau du recueil des données que se trouvent les insuffisances :
      – morts subites sans autopsies
      – cardites à bas bruit sans consultation médicale
      – non déclaration en EI par le professionnel du fait du manque de temps
      – absence de pharmacovigilancesérieuse de ces injections en phase 3 expérimentale. Il n’existe aucun suivi systématique post-vaccinal, ce qui aurait été un minimum pour avoir des chiffres fiables.
      On en arrive à des découvertes fortuites d’élévation des CPK , des troponines ou des d-dimères sur des bilans bio. Ce n’est pas sérieux. De plus quand on apprend par Christine Cotton les protocoles utilisés par Pfizer, plus que légers, et pourtant validés, on ne peut que conclure que les chiffres qui circulent ne sont que le sommet de l’iceberg , et qu’effectivement on n’en est plus à pinailler sur un cas. C’est la pagaille la plus complète, à quoi bon faire des études rigoureuses si les données sont notoirement sous-évaluées. Le seul intérêt est de mettre en lumière la réalité de ces EI, nous sommes bien incapables par ailleurs d’en connaître la fréquence.

  27. Merci pour le travail de recherche. Les chiffres sont probablement largement sous-estimé, en partie du fait que les personnes jeunes et/ou sportives sont les plus susceptibles de se rendre compte rapidement qu’il y a un problème. Peut-être un coeur en meilleure santé est plus faible face à la spike ? Qui sait. Je sens que le bilan sera difficile à accepter dans quelques années.

  28. Je me pose une question, une proche ayant consulté pour de fortes douleurs au coeur après une un covid en décembre et un moderna en juillet. Son profil est femme dans la petite quarantaine, très très sportive (ancienne championne de trail amateur, crossfit tous les matin, vélo en montagne samedi et dimanche…); elle avait un taux de troponine trop élevé, mais le scanner n’avait rien permis de détecter apparemment. Le taux de troponine élevé a été mis sur le dos du vélo qu’elle avait fait le matin – mais si elle a un entrainement intensif depuis des années, un simple entrainement ne devrait pas provoquer de toponines élevées?
    Est-ce qu’un scanner suffit à écarter tout risque de lésion à prendre au sérieux? est-ce équivalent à un IRM?
    Sinon cela semble aller mieux depuis. et de toute façon, c’était causé par le covid et non le vaccin…

    • Bonjour,
      Combien de temps après le Moderna ?
      Chez un naïf de covid, et primo-vacciné, normalement pas d’incident rapproché. Chez un sujet ayant déjà fait une Covid19 ou en rappel “d’injection”, une réaction peut survenir rapidement.
      Pour la raison suivante. Vous avez déjà une immunité humorale pour neutraliser un antigène et cellulaire qui est présente pour faire le ménage des cellules anormales produisant un antigène viral. Or l’ARNm injecté, arrivant AUSSI (entre autres) dans une cellule cardiaque rendra cette dernière, produisant une spike virale, “pathologique”, vue par des anticorps anti-spike et un lymphocytes NK. Et le ménage est fait. C’est normal. Par contre, si avec la “thérapeutique” qui nous est imposée pour ne pas être “emmerdés” vous liquidez quelques cellules hépatiques, hématologiques vous vous en apercevrez moins, elles régénèrent vite.

  29. Si j’ai bien compris, les “cardites” ne sont que l’un des “effets secondaires graves” qui soit attribué aux “vaxxins” anticovid utilisés.
    Quel % approximatif peut-on leur attribuer, sur l’ensemble de ces effets.
    Très grand merci à Zola pour son travail, dont pour cet article

    • Bonjour,
      J’ai calculé ce pourcentage à partir des données enregistrées dans Eudravigilance : https://www.covid-factuel.fr/wp-content/uploads/2022/02/Cardites-et-autres.png
      Les chiffres devant “serious” correspondent au nombre de dossiers de patients pour lesquels un événement indésirable est enregistré en tant que “serious” (grave).
      Le nombre de cardites correspond au nombre de patients, parmi les cas graves, dont le dossier enregistré contient “cardit”. (Un petit essai m’a permis d’estimer que le nombre de cardites enregistrées en dehors des myocardites et des péricardites était faible.) Cette méthode ne compte qu’une fois un patient atteint à la fois par une péricardite et une myocardite.

  30. Selon le Dr Michel de Lorgeril, une Myocardite à 30 ans c’est cardiomyopathie assurée à 50 ans; Je cite ceci de mémoire c’était une réponse à un commentaire.

  31. Même Raoult fait cette grosse erreur didactique
    Ce ne sont pas des vaccins
    Notre insensé culte des vaccins imposés à toute une génération, sans savoir, entre autres, s’il y avait immunité génétique ou précocement acquise a toujours été irresponsable et a tué ou gravement abîmé.

    Mais “bien évidemment” moins à Strasbourg qu’à Kehl, vu qu’en France ont est les meilleurs et les plus beaux … et le pays de ce triste sire de Louis Pasteur, le Prophète, sinon le dieu de l’ « Église du Sacro-Saint Vaccin Miraculeux, Indispensable et Irremplaçable »..

    Ah si ce “grand bienfaiteur de l’humanité s’était vacciné contre …… sa rage de s’auto-promotionner ….on n’en serait pas là.

    • J’ai entendu plusieurs chiffres : “Le risque de décès après une myocardite qui serait de 10% dans l’année qui suit, de 40% dans les 5 années à venir et de 50% dans les 10 années à venir.”

      D’autres parlent de 20% de chance de mourir dans les 6.5 ans après avoir eu une myocardite.

      Cette source https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK459259/ sur les myocardites virales indique :
      “Le pronostic des patients atteints de myocardite dépend de la gravité du processus inflammatoire et de la présentation des symptômes. Les patients atteints d’une maladie grave ont un mauvais pronostic sans greffe. Les patients atteints de myocardite légère ont généralement de bons résultats. Les facteurs de mauvais pronostic comprennent une faible fraction d’éjection, un bloc de branche gauche et une syncope. La cause la plus fréquente de décès est le choc cardiogénique. D’autres peuvent développer divers degrés de bloc cardiaque nécessitant une stimulation permanente. Les taux de mortalité les plus élevés sont observés dans la cardiomyopathie post-partum.

      Le pronostic à long terme était généralement bon, avec une survie à 3 et 5 ans allant respectivement de 56 à 83 %. Les patients atteints de myocardite aiguë fulminante ont un excellent pronostic à long terme de 93 % à 11 ans une fois qu’ils survivent à la maladie aiguë.”
      […]
      “Tous les patients diagnostiqués ou suspectés d’avoir une myocardite aiguë doivent être admis à l’hôpital et faire l’objet d’une surveillance de l’instabilité hémodynamique. Les complications immédiates de la myocardite comprennent les dysrythmies ventriculaires, l’anévrisme du ventricule gauche, l’ICC et la cardiomyopathie dilatée.

      Le taux de mortalité peut atteindre 20 % à 1 an et 50 % à 5 ans. Malgré une prise en charge médicale optimale, la mortalité globale n’a pas changé au cours des 30 dernières années.”

  32. Surtout pour un vaccin totalement inefficace y compris sur les formes graves.
    La balance bénéfice risque ne se discute même plus.
    Seule une Action de Classe de niveau Mondial pourra peut être stopper cette FOLIE

    • Ou la réponse directe de parents de victimes…
      Les vaccinators devraient commencer à s’inquiéter sérieusement pour leur propre santé, un accident “du travail” est si vite arrivé !

    • @VIVIRORO.Qui va pouvoir mener une action d’une telle envergure ? Association ? Regroupement de non vaxx. Il serait temps.

      • Il nous faudrait des huissiers ou des avocats bénévoles pour nous épauler, on pourrait faire quelques incursions auprès des divers centres, ou professionnels vaccinateurs tels que les pharmacies, pas besoin de rendez vous pour entrer chez eux, on leur apporterait par écrit la réponse faite par l’Europe à Mme RIVASI …avec un tel document, ces malades de la seringue devraient avoir du mal à convaincre les candidats à la vaxx, et pourraient facilement être mis en cause devant la justice en cas de non respect de ce décret européen dfirectement applicable par tous les états.

        • Il y a l’association créée par maître Divizio : « je ne suis pas un danger ». Il me semble qu’elle propose des actions collectives.

  33. Bonsoir et merci encore!
    Vous n’évoquez à aucun moment les myocardites causées par le covid, on connaît pourtant ce phénomène depuis 2019, bien avant l’apparition des vaccins.

    J’avais suivi un débat américain à ce sujet, l’un des intervenants se basait sur une étude US démontrant que le covid provoquait 8 fois plus myocardites que les vaccins, et qu’elles étaient plus dangereuses. Impossible de remettre la main dessus…
    J’ai trouvé des résultats semblables ici:
    https://theconversation.com/amp/myocarditis-covid-19-is-a-much-bigger-risk-to-the-heart-than-vaccination-174580

    Et la:
    https://publications.aap.org/aapnews/news/18886

    Et une autre étude sur des jeunes athlètes américains atteints de lésions cardiaques post covid plus ou moins sévères, souvent asymptomatiques, nécessitant un IRM pour être détectées:
    https://www.thema-radiologie.fr/actualites/3142/des-cas-de-myocardite-post-covid-19-chez-les-athletes-universitaires-americains.html

    Avez vous fait des investigations dans ce sens pouvant contre balancer ces données svp?

    • ” Vous n’évoquez à aucun moment les myocardites causées par le covid, ” ! ? !
      Zola (l’Emile) va s’en retourner dans sa tombe ! 😉

      • Impossible que Zola se retourne dans sa tombe.
        Seul son corps y a été déposé. Comme celui de certains au Panthéon. Quand on ne pousse pas l’absurde jusqu’à mettre de la terre dans le cercueil comme pour Joséphine

        Personne ne repose (!!!???!!!) dans sa tombe en attendant le grand soir de la Résurrection des morts.

        Comme quoi on peut faire avaler tout et n’importe quoi même à des intellectuels distingués
        NB. Propos de déiste un tout petit petit peu réfléchi , pas du tout d’athée tout au contraire .

      • Il a raison, sans doute parce qu’aucune des études qui donnent les données concernant ces myocardites vaccins, ne fait de comparatif, ce qui a orienté vers les vaccins uniquement. Répondu un peu plus bas.

      • Pas d’après cet extrait de mon 1er lien:
        “According to the U.S. Centers for Disease Control and Prevention, the risk of myocarditis after infection with COVID-19 is much higher, at 146 cases per 100,000. The risk is higher for males, older adults (ages 50+) and children under 16 years old. “

        • Votre premier lien n’oriente pas vers un article scientifique à proprement parler. C’est clairement un article de “vulgarisation” sur la base d’observations faites on ne sait pas trop comment.
          Par ailleurs, son contenu est loin d’être aussi péremptoire que ses “gros titres” !

          • L’article est sourcé. Il suffit de suivre les liens soulignés.

            https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/70/wr/mm7035e5.htm

            “During March 2020–January 2021, the risk for myocarditis was 0.146% among patients with COVID-19 and 0.009% among patients without COVID-19. Among patients with COVID-19, the risk for myocarditis was higher among males (0.187%) than among females (0.109%) and was highest among adults aged ≥75 years (0.238%), 65–74 years (0.186%), and 50–64 years (0.155%) and among children aged <16 years (0.133%)."
            "In adjusted analyses, patients with COVID-19 had, on average, 15.7 (95% CI = 14.1–17.2) times the risk for myocarditis compared with patients without COVID-19"

            133 sur 100 000 pour les moins de 16 ans. C'est bien au delà des chiffres les plus pessimistes cités dans l'article.

            Je m'adressais donc à l'auteur pour m'éclairer d'une lecture plus pertinente que la mienne de ces données.

          • C’est un rapport au CDC de septembre 2021, pas un article scientifique et après bien des bémols dans la discussion, il se termine par un chef d’oeuvre de politiquement correct :
            “Les conclusions de ce rapport soulignent l’importance de mettre en œuvre des stratégies de prévention de la COVID-19 fondées sur des données probantes, y compris la vaccination, afin de réduire l’impact de la COVID-19 sur la santé publique et ses complications associées.” AMEN !

    • @ WAM ; Certes mais avons nous besoin d’ajouter aux myocardites provoquées par le Covid ( surtout lors de l’épidémie originale) des myocardites provoquées par ce soit-disant vaccin qui, même s’il était tant soit peu efficace, se révèle totalement inutile pour lutter contre le variant Omicron dont touts le témoignages lus ici ou là ou ceux que j’ai pu entendre d’un entourage plus ou moins lointain, se résume à un rhume,au plus à une petite grippe?

      • ZOLA nous parle de “15 et 40 / 100 000 vaccinés” selon ses propres évaluations. Plusieurs études annoncent entre 130 et 180 myocardites pour 100 000 covid.
        L’article est titré “Covid, vaccins et myocardites.” Si les myocardites causées par les vaccins il faut aussi s’inquiéter de celles causées par le covid. Si le vaccin est inefficace contre celles ci c’est aussi l’occasion de le démontrer.
        Et la liste effrayante des sportifs et autres souffrant de myocardite fait elle aussi le lien avec le covid (ces personnes ont elles été touchées?).

        “le variant Omicron dont touts le témoignages lus ici ou là ou ceux que j’ai pu entendre d’un entourage plus ou moins lointain, se résume à un rhume,au plus à une petite grippe?”
        Comme les autres variants pour la plupart d’entre nous. Cela n’empêche en rien les myocardites qui sont souvent asymptomatiques et issues de covid asymptomatiques.

        On peut aussi ignorer tout cela et renommer l’article “vaccins et myocardites”. C’est suffisamment anxiogène comme vous le soulignez.

        • Vous avez sans doute raison. J’avais vu cela : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7543970/ . Ce n’est pas quantifié, et quand on parle de myocardite chez les patients atteints de covid, de qui parle-t-on ? Des cas hospitalisés ? Des réas ? Déjà beaucoup de ces patients à haut risque sont cardiaques. Le problème est aussi le nombre. Si 1 / 100 000 des patients vaccinés font une myocardite symptomatique, que 20% des citoyens font un covid, et que 3 / 100 000 de ces covids font une myocardite, cela fait toujours plus de myocardites chez les vaccinés que chez les covids. Une analyse plus fine s’impose donc, et surtout il faut parler de la même chose quand 90% des patients covids restent chez eux sans troubles cardiaques et que les 130 ou 80 ne concernent que les hospitalisés.
          Je rajoute également que le covid donne des myocardites
          J’enlève ce titre, car le problème se pose effectivement. Il faudrait savoir chez les sportifs à problème, combien ont eu leur problème avec le seul covid, et combien avec le vaccin seul. Pas facile.
          Je rajoute également que le covid donne des myocardites.

          • Merci de votre disponibilité. Encore.
            L’étude du cdc:

            https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/70/wr/mm7035e5.htm

            Parle bien de 133 / 100 000 chez les moins de 16 ans. Je ne pense pas qu’il s’agisse que de personnes cardiaques.

            L’étude sur les athlètes américains post covid s’intéresse uniquement à des personnes en excellentes santé avec covid souvent asymptomatiques, et les résultats sont similaires.

            Si vous avez le temps de vous pencher sur le sujet vous trouverez des liens vers plusieurs études sur le sujet dans cet article et ses commentaires:

            https://theconversation.com/myocarditis-covid-19-is-a-much-bigger-risk-to-the-heart-than-vaccination-174580#comments-container

            Vous serez plus en mesure que moi de les comprendre.
            Merci de vos corrections.

          • Je viens de lire le second, qui est très bien. Il tempère mon impression en ce qui concerne la fréquence des myocardites covid versus vaccins, mais est plus sévère quand à l’avenir affirmant 5% de mortalité. Un point me chagrine : “95% des myocardites post vaccinales sont jugées bénignes”, or les chiffres donnés par l’ANSM, ne concernent que les cardites hospitalisées ! Être hospitalisé après un vaccin, pour une cardite, n’est pas bénin ! Faut-il multiplier les chiffres ANSM par 20 pour avoir la totalité des myocardites (ou cardites), s’il y a en plus 95% de bénins non hospitalisés ? Dur de ne pas dire de bêtises, je n’ose imaginer que la définition de la cardite soit si élastique. On n’arrive plus à savoir de quoi on parle.

          • Il faudra comparer avec 2020 quand il n’y avait pas de vaxxins.
            Question : est-il éthique de rajouter le risque au risque?
            Et il faudra me montrer qu’il n’est pas additif. bonne chance.

          • La CDC a publié début 2022 une analyse des effets indésirables post-vaccin (0-7 jours) chez les jeunes avec un niveau de détails intéressant sur les myocardites (pages 11 à 13) avec ces chiffres:
            – 18,707,169 doses chez les 12-15 ans -> 265 cas -> 1.41 par 100 000
            – 8,674,378 doses chez les 5-11 ans -> 12 cas -> 0.13 par 100 000
            Vu le démarrage plus tardif de la vaccination pour cette pop et la faible proba de risque cardiaque il y aurait peut être possibilité de trouver des données pour un groupe témoin (Myocardite post covid sans vaccin). Je n’ai pas trouvé pour l’instant.
            https://www.cdc.gov/vaccines/acip/meetings/downloads/slides-2022-01-05/02-COVID-Su-508.pdf
            Il y aussi une vidéo sous-titrée dans laquelle un docteur présente les résultats (il y a tout dans le pdf)
            https://youtu.be/Nmiud-Cw53s?t=2715

    • Contre balancer ces données ? Si on me propose l’administration de deux produits dangereux dont un l’est un peu moins, je choisis de ne rien prendre, peu importe que un soit plus sûr que l’autre, ils restent dangereux tous les deux. Là c’est un peu différent, car pour un, il est proposé (“vaccin”) et si je choisis de le prendre c’est sûr qu’on me l’administre, et pour l’autre (virus) c’est le hasard car ce n’est pas certain de l’avoir étant donné qu’en premier faut que je sois contaminé, ensuite être infecté (multiplication du virus) ce qui, avec le système immunitaire faisant son travail me rendra malade (symptômes).

      Le “potentiel risque” n’est pas le même, car en prenant le “vaccin”, je provoque le risque, tandis qu’en laissant faire, ce n’est pas sûr que j’attrape le virus (d’ailleurs toujours pas eu).

      Après ça reste un choix personnel… (sans parler de la pression faite pour la vaccination (pass, … ) qui cherche à imposer un des choix)

      • C’est exact. Mais concernant les enfants justement, quelle chance ont ils à ce jour de pas être contaminés? Mon fils est cas contact pour la 3eme fois en 1 mois dans sa classe. Je ne compte plus les fois “avant omicron”. Ma fille 2 fois depuis début janvier elle aussi dans sa classe. Primaire et maternelle. Ils ont fait au moins un covid asymptomatique depuis 2 ans, il ne peut en être autrement. Ils sont donc susceptibles de souffrir de ces lésions. Y a t-il lieu de s’en alarmer? Si non alors pourquoi s’alarmer des risques de lésions dues aux vaccins?
        Que faire? Voilà… je ne pose pas ces questions pour enquiquiner Zola. Je cherche des réponses à mes peurs. Peur de la maladie, peur des vaccins, comme tout parent.

        • Je comprends tout à fait vos craintes bien que je n’ai pas d’enfant. Si c’était le cas, je me dirais que les “vaccins” n’empêchant pas la contamination je ne prendrais pas le risque de vacciner mes enfants, sachant que même vaccinés, ils pourraient avoir le COVID et éventuellement développer une myocardite.

          Vos enfants ont été plusieurs fois cas contact, mais ne sont pas tombés malades si je comprends bien ? Même si il y a eu un test PCR positif ou même négatif, un test sérologique permettrait d’en être certain.

          Que faire ? C’est plus facile à dire certainement, mais réussir à chasser ces peurs en premier lieu. Je pense que c’est d’ailleurs ce que vous cherchez à faire en vous informant au mieux.

          Dans ce document https://dpbh.nv.gov/uploadedFiles/dpbhnvgov/content/Boards/BOH/Meetings/2021/Public%20Comments%20276%20to%20294.pdf , à la page 132 vous trouverez une liste des événements indésirables d’intérêt particulier du “vaccin” Comirnaty de Pfizer. Il y a en a des centaines, très exactement 1’291.

          La liste est-elle aussi longue pour le virus ? Je ne peux y répondre mais je doute.

          Pour moi le risque penche clairement pour les “vaccin”, il y a qu’à voir tous les problèmes chez les sportifs depuis la vaccination alors qu’avec le virus il n’y avait pas autant de souci.

          • “à la page 132 vous trouverez une liste des événements indésirables d’intérêt particulier du “vaccin” Comirnaty de Pfizer. Il y a en a des centaines, très exactement 1’291. ”

            A se demander s’il existe une pathologie non boostée par le Comirnaty de Pfizer !

        • J’ai 7 petits enfants, 5 ont eu le covid, 2 l’ont eu 2 fois, très léger la 2de fois. Aucun n’a eu de complications… Et s’il y a des risques de complications avec la maladie, y ajouter les risques de complications avec le vaccin, ça me paraît additionner les risques. Puisque vos enfants, même vaccinés, peuvent attraper le covid, c’est même très à la mode en ce moment !

  34. Merci. Pourriez-vous nous faire à l’identique le point sur les décès enregistrés par la pharmacovigilance en France ?
    Car Martin Blachier, samedi dernier dans l’émission “Bonjour Dr Milhau”, nous a gratifiés d’une grosse désinformation en bafouillant en ce qui concerne les effets indésirables de la vaccination, je cite :
    “Est-ce qu’il y a des gens qui en sont morts…à priori, il n’y a pas de gens qui en sont morts,
    les gens sont hospitalisés en moyenne 2 jours, et ça a une suite assez favorable…mais c’est pris au sérieux”.
    Martin Blachier sait-il lire les enquêtes de l”ANSM, ou ses liens d’intérêts l’empêche-t-il de voir ce qu’il devrait voir ?
    Merci d’avance.

    • Ayant eu le Covid, n’étant pas vacciné, j’ai perdu 6 kg en 8jours, testé au M Body 4 mois avant, et retester après l’infection : 5,5 kg de muscle et 0,500 kg de graisse de perdu. Récupération à 60/70% au bout de dix jours (activité physique tous les jours).
      Je demande à mon docteur de faire le test des D Dimeres (marqueurs de l’inflammation) résultat 2000 unités (la norme est inférieure à 500) j’ai donc un corps inflammé, susceptible d’avoir de petits caillots sanguins (mini thromboses…) je continue mon activité physique journalière. Un mois plus tard nouveau test : 700 unités.
      Activité de déménagement pendant un mois (je déménage !), nouveau test : 500
      Il m’aura fallu deux mois pour “re” venir à un niveau dit normal, avec une pratique physique régulière !!!
      Ce n’est qu’un constat !!!

      • Visiblement il faut reprendre l’activité physique très progressivement !
        Premier test D-Dimères combien de jours après la rémission ?
        Votre Docteur avait déjà fait mesurer les D-Dimères chez d’autres patients ou est-ce vous qui avez dû l”éduquer” ? !

  35. Merci beaucoup pour cet article. A-t-on une idée, des hypothèses, concernant la chaîne causale qui irait du vaccin à la myocardite ?

    • Bonne question, sans réponses.
      J’ai trouvé ça :
      https://science.gc.ca/eic/site/063.nsf/fra/h_98291.html
      Extraits :
      Incertitudes scientifiques
      L’hétérogénéité des déclencheurs de la myocardite, des présentations cliniques et des résultats s’accompagne de nombreuses lacunes dans les connaissances qui rendent la prévention, la détection et le traitement difficiles. En ce qui concerne la myocardite ou la péricardite associée aux vaccins contre la COVID 19, il faut combler d’importantes lacunes dans les connaissances, comme les personnes à risque, les déclencheurs, les mécanismes biologiques et les conséquences à moyen terme sur la fonction cardiaque.
      Hypothèses concernant les déclencheurs et les mécanismes biologiques possibles 
      Comme il a été mentionné précédemment, aucun lien causal n’a encore été établi entre la vaccination contre la COVID 19 et la myocardite et péricardite, et les possibles mécanismes biologiques sous jacents ne sont pas connus. Il faut examiner les voies ou facteurs qui pourraient jouer un rôle dans le déclenchement de l’inflammation du cœur après la vaccination et dans la protection contre les lésions cardiaques ou leur aggravation. Il s’agit notamment des divers aspects de la réponse immunitaire de l’hôte, de l’influence du dosage et de l’intervalle du vaccin ainsi que des diverses composantes du vaccin, de la contribution des infections passées ou en cours et du rôle régulateur des hormones sexuelles sur la manifestation cardiaque.
      Réponse immunitaire primaire : Le rôle de la réponse immunitaire induite par un vaccin est soutenu par un certain nombre d’observations et de preuves circonstancielles suggérant que la myocardite survenant après la vaccination peut refléter une réponse immunitaire déréglée, peut être en raison de la reconnaissance de l’ARN par des récepteurs de reconnaissance de motifs moléculaires qui mènent à la production d’interférons de type I et d’autres cytokines pro inflammatoires. La présence de fièvre, de frissons et de myalgie après l’administration des vaccins à ARNm concorde avec une réponse immunitaire accrue. Il convient de noter que les enfants et les jeunes affichent généralement une réponse immunitaire plus robuste que les adultes, ce qui pourrait expliquer l’incidence plus élevée de myocardite après vaccination dans ce groupe d’âge. Fait intéressant, et contrairement à la myocardite virale, les enfants atteints de myocardite associée aux vaccins contre la COVID 19 réagissent rapidement au traitement anti inflammatoire, ce qui pousse à examiner la réponse immunitaire comme un déclencheur possible. Parmi les autres facteurs qui pourraient influencer la réponse immunitaire de l’hôte et participer à la myocardite associée à la COVID 19, il y a l’infection antérieure ou persistante au SRAS CoV 2 qui peut agir comme un événement d’amorçage menant à une réponse immunitaire exagérée à la vaccination. De plus, les premiers cas de myocardite associée aux vaccins signalés chez les membres d’une même famille laissent croire que la prédisposition génétique pourrait jouer un rôle dans une réponse immunitaire hyperactive induite par le vaccin.
      Concentration de la dose et intervalle posologique : La concentration de la dose de vaccin et l’intervalle de temps entre la première et la seconde dose (intervalle posologique) pourraient être des facteurs pertinents….
      Composants du vaccin : Il est également possible que certains composants distincts des vaccins à ARNm (ARNm contenant des nucléosides modifiés, des nanoparticules lipidiques, etc.) contribuent aux effets indésirables des vaccins, y compris l’inflammation cardiaque. De plus, on ne peut exclure le rôle possible de la protéine de spicule produite et/ou de son interaction avec les récepteurs ACE2 (enzyme de conversion de l’angiotensine 2) cardiaque ou vasculaire.
      Différences entre les sexes : La prévalence de la myocardite chez les jeunes hommes peut refléter une potentialisation du signal par les hormones mâles, une protection cardiaque par les hormones femelles ou d’autres différences hormonales indépendantes. Dans le contexte de la myocardite associée aux vaccins, un éventuel rôle de protection vasculaire ou cardiaque des œstrogènes peut expliquer la prévalence chez les hommes. Fait intéressant, les hommes touchés par la COVID 19 sont plus susceptibles que les femmes de contracter une maladie grave. Le rôle des hormones sexuelles et des chromosomes sexuels dans l’inflammation et les maladies cardiaques mérite d’être étudié plus en profondeur

      • Ce qui est inquiétant avec ces mort brutales, c’est qu’il ne semble pas que les victimes se soient plaintes de signes avant-coureurs !
        Alors est-ce une classique question de plomberie (que l’on pourrait sentir venir) ou pas plutôt une question électrique (qui elle ne préviendrait pas) ?

      • https://npojip.org/english/MedCheck/Med%20Check%20Tip-20-2021-08&12.pdf Adverse Reactions Adverse Reactions
        COVID-19 vaccine:
        Strong association with cardiovascular death,
        especially hemorrhagic stroke and venous thrombosis
        Peut-être qu’un traitement préventif simple et bon marché aiderait à éviter ces thromboses en cas de Covid vaccinal ou non : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5372539/ Nattokinase: Un agent antithrombotique oral pour la prévention des maladies cardiovasculaires
        Pour avoir négligé de prendre cette enzyme protéase pendant plusieurs mois, obnubilé que j’étais par toute cette polémique Covidienne alors que j’en prenais quotidiennement depuis des années en raison de fibrillations auriculaires ( pas toujours constantes) j’ai été victime en septembre dernier d’un mini AVC qui m’a condamné à prendre de l’Eliquis jusqu”à la fin de mes jours… Bon, non vacciné, je me console en pensant qu’en cas de contamination j’aurai déjà quelque chose contre les thromboses.(Comme quoi on s’oxyde quand même même si comme moi on on a un mode de vie protecteur et qu’on pratique beaucoup d’exercices physiques)

    • Oui. Pour le moment les procédures sont longues. En Charente, abandon des poursuites le médecin après démission. Ile de Ré radiation annulée en troisième instance. Raoult, vous connaissez.

      • Bonjour
        Pourrais j vous écrire en privé ?
        Mon fils 32 ans a présenté un claquage tendon Achille après 3 e injection
        Il est en attente de 4 e dose
        Sait on si lien entre événement musculotendineux et myocardite post vaccinaux ?
        Absolument urgent
        Merci d’avance

        • Quelques centaines de trouble tendineux décrits sur Vigibase, mais lien réel ? C’est très peu comparé aux autres effets, si c’est un effet. Aucune preuve ne pourra jamais être apposée si peu de cas, relevant de pathologies “normales” qui arrivent de temps en temps. N’a-t-il pas pris une quinolone pour autre chose ?