78

Effacer la piste des traitements précoces, coûte que coûte

Ou “Un essai conrôlé randomisé peut-il passer à côté d’un traitement efficace ? Exemples (3)”

Ce billet fait suite à deux autres montrant comment des essais contrôlés randomisés peuvent conduire à des résultats négatifs y compris pour des traitements efficaces :

Un essai controlé randomisé peut-il passer à coté d’un traitement efficace ?
Un ECR peut-il passer à coté d’un traitement efficace ? Exemples (1)
Un ECR peut-il passer à côté d’un traitement efficace ? Exemples (2)

_______________________________________________________________________

Comment qualifier cette étude de Clemency et al. publiée par JAMA Internal Medicine ?

Cet essai contrôlé randomisé en double aveugle mené aux USA testait l’efficacité d’un traitement précoce contre le Covid : 2 inhalations, deux fois par jour, de ciclésonide (un corticoïde antiasthmatique, proche du budésonide recommandé par exemple en traitement précoce du Covid-19 en Inde.)

Entre juin et novembre 2020, 400 patients âgés de 13 à 87 ans et atteints de Covid léger ou modéré ont été inclus dans l’étude, moins de 72 heures après un test positif.

Le protocole de l’étude, déposé en mai 2020, se fixait un résultat principal, que l’essai se proposait de comparer entre le groupe traité et le groupe placebo. Il était ainsi défini : « le pourcentage de patients nécessitant une visite aux urgences ou une admission à l’hôpital pour une raison imputable au Covid-19 avant 30 jours » (« percentage of patients with subsequent emergency department visit or hospital admission for reasons attributable to COVID-19 by day 30 »)

Notons, car cela aura son importance, que l’un des résultats secondaires était le « délai jusqu’à la disparition totale des symptômes liés au Covid-19 (toux, dyspnée, frissons, sensation de fièvre, tremblement avec frissons, douleurs musculaires, mal de tête, mal à la gorge et perte du goût ou de l’odorat) avant 30 jours » (« time to alleviation of all COVID-19–related symptoms (cough, dyspnea, chills, feeling feverish, repeated shaking with chills, muscle pain, headache, sore throat, and new loss of taste or smell) by day 30 »).

Une réduction de 82 % des hospitalisations

Les résultats de l’essai sont nets : parmi les 203 patients inclus dans le groupe placebo, 11 (5,4%) ont été admis aux urgences ou à l’hôpital dans les 30 jours suivant leur inclusion dans l’essai, contre 2 (1%) parmi les 197 patients du groupe traité. Cette différence est non seulement large (il y a eu une réduction relative de 82 % des hospitalisations/urgences dans le groupe traité par rapport au groupe placebo, mais elle est statistiquement significative, avec une p-value de 0,02, comme l’indique le tableau 2 de l’étude. (Une p-value inférieure à 0,05 indique que le résultat est statistiquement significatif, et qu’il peut être considéré comme probant. Pour une explication de la p-value, voir ici.)

Tableau 2 de l’étude de Clemency et al.

Du point de vue de l’Evidence Based Medicine, cette étude apporte donc la preuve d’une grande efficacité des inhalations de ciclésonide pour réduire le risque d’hospitalisation face au Covid-19.

Un résultat secondaire décevant

Pour le résultat secondaire évoqué plus haut, en revanche, l’essai a compté que 129 des patients placebo n’avaient plus aucun symptôme avant 30 jours, contre 139 parmi les patients traités. C’est un peu mieux dans le groupe traité, mais ce n’est pas ce qui intéressait les chercheurs : ils s’intéressaient au délai jusqu’à la disparition de tous les symptômes. Or, parmi les 129 patients du groupe placebo débarrassés de leurs symptômes avant le 30ème jour, comme parmi les 139 patients traités débarrassés de tous leurs symptômes, le délai médian a été de 19 jours. Aucune différence de délai médian entre les deux groupes (du moins chez ceux qui n’avaient plus de symptômes avant 30 jours.) Et aucune significativité statistique à ce résultat.

Prestidigitation

Eh bien c’est difficile à croire, mais les auteurs de l’étude, estimant que le nombre total d’hospitalisations était faible, ont interverti la hiérarchie de leurs résultats : par un amendement au protocole, le 21 décembre 2020 (après la fin des essais), ils ont décidé que le résultat principal de leur étude serait le délai avant la disparition totale des symptômes, et que le pourcentage d’hospitalisations deviendrait un résultat secondaire.

C’est peut-être un détail pour vous, mais cela a de réelles conséquences : même si le cœur de l’étude signale explicitement que la réduction des hospitalisation « peut sembler plus pertinente aux yeux des patients et des systèmes de santé que la disparition des symptômes », et que « le ciclésonide pourrait représenter un traitement relativement bon marché pour éviter les admissions aux urgences ou à l’hôpital », la conclusion de l’étude — ce qui est lu par la plupart des gens et notamment des journalistes, qui ne cherchent pas plus loin — est exclusivement consacrée au résultat principal. Ainsi, la conclusion du résumé préliminaire est que

« les résultats de cet essai contrôlé randomisé ont montré que le ciclésonide n’a pas conduit à une réduction du délai de disparition de tous les symptômes liés au Covid-19 ».

Clemency et al.
Etude de Clemency et al. (extrait)

Et la conclusion finale de l’étude est du même ordre :

« Le ciclésonide n’a pas conduit à une réduction du délai de disparition de tous les symptômes liés au Covid-19. D’autres études sur les sinhalations de stéroïdes sont nécessaires pour explorer leur efficacité chez les patients présentant un risque élevé d’aggravation et pour la réduction de l’incidence des symptômes de Covid long ou des séquelles post-Sars-CoV-2. »

Clemency et al.
Conclusion de l’étude de Clemency et al.

Rappel historique

A l’instar des auteurs de cette étude, on pourrait penser que la différence observée sur le taux d’hospitalisation, 5,4 % et 1 %, n’est pas si importante que cela, les deux chiffres étant faibles. On rappellera que le vaccin anti-covid de Pfizer a été approuvé dans d’innombrables pays sur la base de taux observés de 0,88 % et 0,04 % sur les deux groupes, ces taux correspondant à la proportion de patients déclarant ressentir des symptômes de Covid-19 et confirmés par un test positif : 162 patients sur 18325 dans un groupe et 8 sur 18198 dans l’autre (voir le tableau 2 de l’étude de Pfizer). Passer de 0,88 % à 0,04 % représente en effet une réduction relative de 95 %.

Pour le vaccin anti-covid de Moderna, c’est une réduction de 1,3 % à 0,08 % des cas de Covid-19 symptomatique qui a permis d’afficher une efficacité de 94 % (185 patients sur 14073, contre 11 sur 14134 ; voir la Figure 4 de l’étude de Moderna.)

Dans le cas du ciclésonide, l’inversion de la hiérarchie des résultats de l’étude de Clemency et al., que rien ne justifie puisque le résultat est important (86 % de réduction relative du risque d’hospitalisation, statistiquement significative) a donc pour conséquence de rendre apparemment insignifiante une étude qui apporte pourtant un élément de preuve de l’efficacité d’un traitement précoce bon marché contre le Covid-19.

Un coup d’œil à la section « conflits d’intérêts » de l’étude offre peut-être une piste explicative :

Enzo L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

78 commentaires

    • Lien relayé (en fichier word si censure); merci pour l’info; je pense qu’il faut axer la résistance sur les traitements précoces, ça à l’air de gêner beaucoup de monde (à commencer par Buzin en janvier 2020 pour HCQ)

  1. Aujourd’hui on est passé aux vaccins multidoses et malheureusement tout ceci est totalement ignoré. ça semble peine perdue. Vis à vis des vaccins, je m’inquiète principalement du risque que la technique d’injection (sans aspiration) crée bêtement des dizaines de milliers de décès et malades sévères, voire centaines si les injections se multiplient. Pour faire bouger les choses de ce point de vue, je crois qu’il faudrait un document clair, en français ou anglais (anglais ce serait peut-être mieux), qui rassemble les arguments qui font autorité sur le sujet. Par autorité, des arguments qui ne sont pas remis en cause par ceux qui s’appuient sur les fact-checkers (c’est malheureusement ainsi, la plupart des gens n’ayant le temps d’entrer dans le détail ils ont décidé de s’appuyer aveuglément sur le fact-checking). Connaitriez-vous une telle page ? Sinon n’hésitez pas à indiquer ici des articles.

    Bref, un moindre mal en acceptant des inepsies nombreuses, mais en choisissant un combat accessible qui a des chances de servir.

  2. j’ajoute que l’appel a minima du conseil de l’ordre (qui ne mérite plus de majuscules) contre Raoult m’évoque ses heures les plus troubles quand il a honoré son président qui s’était pourtant signalé en humiliant les soldats blessés psychiques de guerre…

  3. Bravo pour cette vigilance salutaire alors que nous savons tous sans avoir le temps et le courage de le démontrer à quel point les idéologies font du tort à la science et à la vérité en général !!

    • Merci @iver azy
      Cet article de Xavier Bazin enfonce encore une fois le clou.
      Il est nécessaire de dénoncer inlassablement la “suppression de la science” (selon l’expression de John Ioannidis) et sa corruption active par les intérêts pharmaceutiques.
      L’enjeu : ouvrir les yeux des nombreuses personnes de bonne foi qui ont peine à croire à la réalité de tels agissements.

    • Vitamine D que je prend depuis plus de 2 ans.
      Plus zinc, vitamine C et mélatonine.
      Pas un rhume, pas de fièvre. Rien. Même pas le COVID.

  4. Encore merci pour votre travail.
    Avez-vous connaissance d’un article digne de confiance, indiquant la durée d’incubation et de contagion pour le Delta et l’Omicron
    Sincèrement reconnaissante

  5. Il semblerait que la supercherie devienne de plus en plus évidente. Pourtant la masse panurgique continue à “faire confiance aux labos et à nos gouvernants”. Plus que quelques mois avant de démasquer le scandale sanitaire et modifier les intentions de vote de nos concitoyens.

    • excellent travail de la journaliste chienne de garde. Vraiment, chapeau l’artiste!
      “j’interviens, je ne peux pas vous laisser dire que le vaccin ne marche pas”!

  6. La manipulation des etudes par Big Pharma donne la nausée. Le plus difficile pour moi est l insulte faite à l intelligence des médecins cliniciens face aux malades en leur interdisant de prescrire ce qui leur semble le mieux.

    • “l’insulte faite à l intelligence des médecins cliniciens”
      Quelle insulte ? !
      Leur obéissance prouve bien qu’il ne s’agit pas d’une insulte mais d’une triste réalité !
      Une majorité de médecins est composée d’individus assez bêtes pour se comporter comme des lâches ou des salauds, même si j’espère encore que seule minorité d’entre eux cumule les deux “qualités” !

      • @MArs

        il faudrait acter qu’ils sachent qu’ils tuent des gens ces médecins. Ils sont peut être persuadé que non. peut être que ce sont des brêles et que leurs patients ont des pertes de chance énormes. Qui sait si un cancéreux n’a pas perdu 3 ans de vie à cause de lui ? qu’une femme à fait une fausse couche ? qu’un méningite n’est pas devenu foudroyante Après 3 mois de consultations…. qu’un bébé n’est pas mort parce qu’il n’a pas vu le problème ?

        je ne crois plus à priori qu’ils sont compétent, maintenant avant de l’affirmer, je demande des preuvse.

  7. Sur les fameux “essais”, j’ai tout compris le jour où, pour tester un traitement précoce préventif, on l’a appliqué à des malades hospitalisés, donc déjà très mal en point, en omettant une partie de la bi-thérapie et à des doses absurdes (Recovry). Depuis, je juge prudent de ne plus me faire la moindre illusion sur ce bizness. On ne saura jamais combien de drames et de deuils auraient pu être évités. Mais une chose est sûre : je ne croirais pas Véran et Cie s’ils me disaient que le ciel est bleu.
    Voilà le résultat que ces gens ont obtenu. Et les séquelles seont de longue durée…

    • L’abcès est en train de mûrir car le pays légal s’enferme dans ses mensonges. Il n’est pas impossible que le scandale explose avant l’élection et en dépit de toute la Kom déployée pour limiter la casse. Les courageux qui font partie du groupe témoin doivent se sentir justifiés à persévérer. Le réveil des endoctrinés sera forcément douloureux.

      • la Kom (comme vous dites) est de plus en plus endiablée, et on arrive même à entendre des contradictions dans tout ce qui est annoncé; je crois que Omicron les fait tourner en bourriques de part sa contagiosité et sa faible létalité. Le travail de ‘contre fact-checking ‘ de Enzo L et d’autres est fondamental et nous devons le relayer.

  8. Voici ce que j’ai traduit de cette conclusion, c’était on ne peut plus clair… Merci de votre travail si précis..
    “Divulgations de conflits d’intérêts : le Dr Clemency a signalé des subventions de Covis Pharma, du National Center for Advancing Translational Sciences des National Institutes of Health (NIH) et du National Heart, Lung and Blood Institute des NIH pendant la conduite de l’étude c
    ainsi que des subventions de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses en dehors du travail soumis. Le Dr Varughese a signalé des subventions de Covis Pharma pendant la conduite de l’étude. Le Dr Morse a déclaré être un enquêteur d’essais cliniques pour Gilead Sciences Inc, Ridgeback Biotherapeutics et Roche, des subventions du site du réseau de prévention COVID et un service en tant que sous-enquêteur sur plusieurs pistes COVID-19 mangées à l’Université Wake Forest en dehors du travail soumis. Le Dr Phipatanakul a signalé les frais personnels d’OPhirex pendant la conduite de l’étude et les frais personnels de Genentech/Novartis, Regeneron/Sanofi et Teva et les subventions de GSK et du NIH en dehors du travail soumis. Le Dr Koster a signalé les frais personnels de Covis Pharma pendant la conduite de l’étude et en dehors du travail soumis. Le Dr Blaiss a signalé les frais personnels de Covis Pharma pendant la conduite de l’étude et les frais personnels de Sanofi, Regeneron, Merck et Pfizer en dehors du travail soumis. Aucune autre divulgation n’a été signalée.”

  9. Je le rajoute, en intégralité, sous ma petit publication du jour ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2021/12/26/alerte-info-des-demain-a-la-teloche-cest-le-retour-des-guignols-de-lintox/

    Précisément, car j’ai travaillé cet après-midi sur le PDF que je prépare, des traductions, par de larges extraits, de R71, du livre dynamite de RFK Jr. « The Real Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma and the Global War on Democracy and Public Health » / “Le véritable Anthony Fauci, Bill Gates, Big Pharma et la guerre globale contre la démocratie et la santé publique” – Skyhorse Publishing, novembre 2021, 450 pages, que de manière inédite je compile au fur et à mesure de leur traduction tant l’heure est grave en COVIDLAND et particulièrement en FRANKISTAN ces derniers jours, ce afin de vous le proposer à la lecture au format PDF dès le point final de la dernière ligne…

    JBL

  10. pour en revenir à l’IVERMECTINE,et en faisant une recherche sur le mécanisme
    d’action de PAXLOVID(Nirmatrelvir+ritonavir),on découvre que Nirma ou
    PF-07321332 est un inhibiteur de la protéase 3CLpro du corona. en faisant une recherche sur IVER(et autres molecules susceptibles d’inhibition anti protéase(
    le PF -0732 n’était pas inclu dans ce test comparatif), on a constaté que l’IVERM
    présentait une inhibition compléte,supérieure autres molécules,de l’activité enzymatique virale 2-3 CLpro,qui permet la replication virale.inhibition à plus de 85% de cette protéase virale et ce à concentration équivalente par rapport aux autres molécules testées. conclusion le PAXLOVID a une action anti-protéase identique àl’IVERM mais non testée+ l’ajout d’un anti viral contre le VIH.

    il me semble donc que l’on aurait dû tester rigoureusement l’IVERMECTINE,et je considére qu’il y a peut être eu une perte de chance pour de nombreux malades. qu’en pensez-vous???

  11. C’est pas bête pour gagner au jackpot.
    Vous montez une étude robuste avec un paramètre aléatoire.
    Avant le préprint vous appelez le Labo exposé
    Une fois le transfert effectué
    Vous inversez le résultat.

    Vous avez l’étude publiée, le bonus ”Labo”, et vous n’avez même pas menti honteusement !! 😀
    Si on en croit Raoult (quasi toutes les molécules existent), l’astuce a de l’avenir.
    ça ressemble aux hackers qui piratent les systèmes pour se faire embaucher à la sécu informatique 🙂

    • C’est bien décrit cher Kstet …!
      Il existe comme on sait plus d’une façon de mentir.
      Mentir : induire en erreur sciemment dans le but de tromper.
      Je pense que la méthode que vous décrivez est tout aussi honteuse (voir Andrew Hill sur IVM), elle est seulement plus habile et moins flagrante.

      • C’est comme pour les sondages, vous en commandez 10 et vous publiez celui qui est le plus favorable à vos intérêts : mensonge par omission !

  12. Je ne comprends pas très bien la manipulation… si le but du jeu est de “cacher” ou, à tout le moins minimiser un bénéfice du ciclésonide : L’auteur (Brian M Clemency) déclare un lien d’intérêt avec COVIS pharma… qui, justement, commercialise le ciclésonide ! Est ce que quelqu’un peut m’expliquer ?

    • Ce n’est pas limpide pour moi, mais il est notable que TOUS les grands labos pharmaceutiques ont à peu près les mêmes propriétaires : les actionnaires les plus importants et donc les plus influents sur la politique des labos sont des fonds de pension ou des investisseurs institutionnels, qui demandent du profit. Ce sont Blackrock, Vanguard, Morgan Stanley, Wellington Management, Bank of America Corporation, Price Associates, Fisher Asset Management ou encore Geode Capital Management, dont on retrouve presque toujours 3 ou 4 parmi les dix plus gros actionnaires.
      Comme ils possèdent à la fois Pfizer, Moderna, Merck, Johnson&Johnson’s, Gilead, AstraZeneca, Sanofi, Eli Lilly, Apollo Global Management (qui possède Covis Pharma) etc., que leur profit vienne de Covis ou de Pfizer importe peu : ce qui compte, c’est la hauteur du bénéfice. Si réduire le marché pour Covis Pharma permet de beaucoup plus augmenter le bénéfice de Janssen ou de Moderna, ça vaut le coup !
      Comment ça se répercute sur Clemency personnellement et sur ses décisions “scientifiques” ? Je l’ignore.

      • Le pire me semble être Venrock qui essaie qui rassemble de nombreux actifs de santé aux USA et que l’on retrouve un peu partout.
        Venrock est aussi présent au capitale de The Public Health Company, l’entreprise de conseil en lutte contre les épidémies qui a l’ambition de de devenir un CDC privé ( à condition auparavant de discréditer le CDC évidemment ce que sa patronne Charity Dean ne s’est pas privé de faire et c’est une des cause de la merde actuelle).
        Venrock était également au capital de Gilead.

  13. J’ai assisté en spectateur a de nombreuses études pour des labos pendant mes études de médecine : Le Ph ou patron qui organise dans le service est invité au congrès de Melbourne ou Atlanta pour l’encourager à aimer son prochain… Il fustige ses internes : si vous voulez votre poste de chef il faut me trouver 3 inclusions par semaine ( de quoi bien fausser les critères d’inclusion pour 2000€ dans la caisse noire par patient inclus). Et encore pire, en fin de cas si les résultats ne font pas plaisir a BIgPharma on trouve alors un moyen de le sortir de l’étude !!! Pas beau le pouvoir de l’argent. Heureusement ce n’était pas comme ça dans tous les services.

          • Il y a deux questions. La première, les habitués du blog le savent et les autres trouvent ça facilement sur la toile. La seconde ne peut recevoir de réponse de l’auteur de la note initiale, puisqu’il s’agit d’une expérience personnelle et qu’il n’y a pas de possibilité de mesurer l’ampleur du phénomène, par définition incriminant pour les responsables.

          • en gros à la hache (mon outil favoris après la cartouche à sangler à fort pouvoir stoppant).

            un labo veut faire une étude sur un produit dont il connaît plus ou moins les effets et sur qui il marche. un taux biologique lambda qui peut se raccrocher de loin à une pathologie. Par exemple, le taux d’hydratation après un coup de chaud. il a une molécule que l’on appellera hachedeuzho(tm).
            il va trouver un puhp un peu corrompu (ou juste con, on peut dire les deux) et lui dit : j’ai une étude à faire sur ma nouvelle molécule qui va coûter 12 bras à la sécu. Il faut que tu m’inclus dans ton étude 3000 patients qui ont un coup de chaud et un peu déshydratés, tu va gagner 2000 boules dans ton asso de loisir lupanar par patient inclus. Et ensuite on écrira une étude que TU signeras pour montrer que notre molécule marche du tonnerre et réduit de 2 jours l’hospitalisation de 30% en relatif. Les gens doivent être comme çi et comme ça.

            Ensuite le puhp inclut les 3000 patients, totalement au hasard pourvu qu’ils satisfassent aux critères et “réalise” l’étude. Si les chiffres sont un peu limite, il suffit de sortir 3 ou 4 patients du bon groupe (une feuille excell avec le solveur permet de trouver qui exclure) et paff on arrive à trouver amélioration de 30% (intervalle de mes couilles [22,45]) p<000.234 (puisqu'on joue sur les patients que l'on garde).
            On explique que les 3 morts dans le groupe traité n'ont aucun rapport avec le traitement, qu'on a perdu de vu 12 du groupe témoins…

            et voila. une étude vite bouclée, une publication qui fait des points et un puhp toujours aussi nul, mais avec une note de plus.

            Maintenant, la nouvelle "mode" est de changer les critères de jugement de efficacité, parce que ce que l'on propose est tellement nul qu'on a du mal à expliquer pourquoi 12 morts n'ont rien à voir et comment on a pu perde 30% des groupes (il faut au moins cela pour retomber sur ses pieds) donc on change le critère en cours de route. Le plus dur (excell est ton amis) est de trouver quel nouveau critère appliquer : la dureté du caca, l’haleine, la qualité du sommeil, les mains au cul aux aides soignantes….

            Et ensuite les journaux publient, les journalistes louangent, les zotorités approuvent… et la sécu se fait saigner pendant que les gens meurent.

            Voila c'était un bref résumé.des inclusions et pertes de vue.

    • Bizarrement Clemency est DO, c’est à dire Docteur Ostéopathe ! ?
      Par ailleurs, tous les autres auteurs ne sont pas PhD, mais MD, c’est à dire seulement médecins et non pas scientifiques à proprement parler !
      Des médecins qui font de bons chercheurs ça existe, mais c’est loin d’être la majorité du genre (comme disait Audiard à propos des poissons-volants) !
      Par contre que des médecins ne volant pas haut ou même nageant en eau trouble puissent faire de bons “clients” pour l’industrie pharmaceutique, ça c’est beaucoup plus courant (cf Cahuzac finançant le PS avec l’argent de Pfizer) !

      • @mars

        Je sais qu’un homéopathe doit être un peu con (enfin…) mais s’il donne un truc à son patient et qu’il ne revient plus (parce que guéri) et qu’il fait cela à suffisamment de ses patients et qu’il trouve pourquoi cela ne marche pas avec certain, il est très très largement au dessus de 99% des scientifiques qui publient.

        je rappelle à tout hasard parce qu’on l’a perdu un peu de vue LE TRAVAIL DU MÉDECIN EST DE SOIGNER SON PATIENT. S’il a un truc qui marche, IL A RAISON DE CONTINUER. même si smadja le quadrisomique dit que c’est de la merde.

        Et même si sur un blog on se dit que c’est pas tellemetn un scientifique. et même si (mise en abîme parfaite) dans ce même blog chacun s’échange sa recette avec huiles essentielles, graines de trucs et choses qui marchent du tonnerre. sans aucune p*tain d’étude scientifique qui le montre et sans être même le début du commencement d’un médecin.

  14. Et si cette crise était celle de l’échec du Cartésianisme.
    https://madame.lefigaro.fr/societe/alexis-lavis-limprevu-interrompt-nos-pilotages-automatiques-et-nous-force-a-reprendre-les-commandes-191121-199196?
    Cet article même s’il ne traite pas de la pandémie est extrêmement intéressant en mettant en opposant notre manière de faire et celle de l’extrême orient. Et l’auteur précise bien que les Chinois sont aussi influencés par la pensée occidentale. Et qu’ils font mieux lorsqu’ils utilisent une manière de faire taoïste.
    Prêter attention aussi à ce qui est dit sur l’information à la fin.

    • Comme bien d’autres concepts le cartésianisme est un mythe et il n’est pas logique, la réalité profonde ayant des “raisons” que la raison humaine ne connait pas.

      Déjà dire “Le Français (sans oublier la majuscule) est …” c’est plus qu’irréfléchi et non fondé.

      Mais pour ce qui est du Français cartésien … on n’en serait pas là avec cette (et pas ce) covid qui aurait commencé à Wuhan si c’état le cas tant devrait être évidente pour quasi tous l’incohérence quasi-permanente des propos du moment même, et pas seulement par rapport aux derniers précédents.

      Ecoutez et visionnez bien attentivement, “y compris” le non-dit et le demi-dit

      Hélas le souci du juste mot pour la juste chose, le souci des mots pesés pour éviter d’accroître, voire pour contribuer à réduire, les maux pesants …….

  15. “Ils” ont confiné, cela a échoué, ” ils” ont vacciné cela a échoué, “ils” ont promu, fait acheter: Remdesivir, Molnupiravir, bamlanivimab, puis associations tous inefficaces, “ils” ont ignoré, déprécié, menti sur tout ce qui marchait ailleurs(Japon, Indonésie, certains états de l’Inde, du Mexique et j’en passe).
    “Ils” ont fait modifier, stopper, inverser des études qui montraient l’efficacité de traitement peu onéreux tant en prévention, qu’en réduction du portage, qu’en prévention des formes graves ou réduisant la mortalité, “ils” ont écarté, discrédité, tenté d’éliminer la crédibilité des plus grands spécialistes de la virologie, de l’infectiologie, de l’épidémiologie, pour confier les “augures” à des guignols corrompus.
    Voyant cela “ils” nous préparent a nouveau des mesures débiles qui ne feront que prolonger l’épidémie.

    • Très bon résumé des décisions politiques quasi universelles.
      Je rajouterai juste qu’ils ont interdit de soigner aux médecins inventifs et dévoués puis ont sanctionné les récalcitrants.
      C’est, pour ma part, ce qui “m’a mis la puce à l’oreille” et qui me semble le plus symptomatique de la volonté de nuire.

      • C’est certain.
        Et ils tiennent depuis 21 mois la population en respect par la peur, l’hypnose télé et l’enfumage au moyen d’une para-realité toxique ET en dressant une partie de la population contre l’autre.
        Et ils mènent une expérience qui nuit à la santé mentale et physique des enfants.
        Ce sont des crimes et ils ne sont pas moins criminels parce que commis à grande échelle.
        La liste de leurs victimes ne cesse de s’allonger

        • à Valete09
          que vos propos résonnent si fort en moi par leur exactitude mon ami(e)!
          il faut garder la Foi que les endormis se réveillent de leur état hypnotique et de paralysés par la peur… ça vient …, des soubresauts…un début de lumière…qui va se propager…

  16. C’est magnifique comme illustration du machiavélisme
    Car quel est le véritable problème? Les formes graves.
    Où les trouve-t-on? A l’hôpital.
    Donc, l’aspect principal ne peut être que dans le résultat sur la gravité., pas sur le rhume et le mal de tête qui dure plus ou moins longtemps
    Merci pour avoir chercher et trouver cet exemple emblématique des manipulations des études et des chiffres

  17. Bayes doit se retourner dans sa tombe. Lorsque l’on fait des tests basés sur des probabilités, le test doit être formulé avant d’être réalisé. Il est trop facile de dire que l’on a atteint une cible quand la cible est définie a posteriori comme ce qui a été atteint. La triste réalité est que la plupart des chercheurs, même sans volonté de manipuler les résultats, se contentent d’utiliser des packages statistiques en boite noire sans vraiment comprendre les fondements des probabilités et tout particulièrement les méthodes Bayésiennes d’inférence statistique.

    • Disons plutôt que le qualificatif de chercheur fait souvent l’objet d’un emprunt abusif de la part de beaucoup de médecins hospitaliers ou même seulement “administratifs”… et ne parlons pas des docteurs en rien si ce n’est en science infuse comme Martin Hirsch (Monsieur je ne suis pas un imbécile puisque je suis énarque) !
      Et quand plus de 2000 scientifiques et médecins éclairés signent la lettre de Mucchielli, on constate que le qualificatif de journaliste fait aussi l’objet d’un emprunt abusif de la part des présents-à-torts des chaines d’infos en continu qui escamotent cette info sans vergogne !)

  18. “Ils” ne veulent vraiment pas que le monde sache.
    “Ils” vont nous imposer à nouveau les mêmes mesures débiles et inutiles, “ils” vont nous imposer un abonnement vaccinal avec ces injections puis celles en preparation soit disant efficaces sur Omicron, et en plus nous obliger à prescrire leurs futurs médicaments hors de prix.

    • De même que nous n’aimons pas avoir de virus sur nos outils de communication et que soit nous versons notre écot à un éditeur d’AntiVirus, soit nous en prenons la version gratuite et indiscrète, ce modele de business model est entrain de s’instituer pour la situation actuelle.
      Nos dirigeants se font-ils tordre le bras ou bien sont-ils dans la combine, that is the question?

  19. Par parenthèse dans le texte sur firefox j’ai un cadre vide entre le “E” et le “t” du “Et” de la phrase

    Et la conclusion finale de l’étude est du même ordre :

  20. Les essais et études à caractère médical, on leur fait dire vraiment ce que l’on veut, autrement dit n’importe quoi. Le seul commentaire justifie plus ou moins le changement d’objectif, tout en disant que l’on pouvait affiner l’objectif et aboutir à d’autres conclusions:

    Le symptôme le plus préoccupant est l’essoufflement qui est en corrélation avec l’hypoxie mesurée par oxymétrie. Les critères d’évaluation stricts de l’hospitalisation et du décès nécessitent une grande taille d’échantillon, il est donc compréhensible que l’on puisse espérer utiliser l’atténuation des symptômes comme critère d’évaluation mesurable. Peut-être que si les chercheurs de l’étude sur le ciclésonide avaient mis l’accent sur une dyspnée significative, peut-être accompagnée d’une oxymétrie, les résultats de l’analyse des symptômes auraient pu être différents.

  21. Très intéressant, merci !!!
    Quand cela ne va pas dans le sens voulu, on manipule et tout cela avec le cynisme et le sans-gêne de ceux qui savent que leurs agissements n’occasionneront aucune réaction de la part de ceux qui devraient réagir.