0

Quand l’Hôpital fait du libéral

(Article posté le 2 février, piraté le 6 et remis en ligne le 7 février. Les commentaires ont disparu)

Il est un petit coin de France où la coutume est de faire brûler de temps en temps un policier quand ceux-ci s’aventurent un peu trop près de la zone. On comprend que dans ces endroits, les cabinets médicaux ne soient pas légion.

L’hôpital, avec l’aide de l’ARS, de la mairie, de la préfecture, du Conseil départemental, de la CPAM ont décidé de prendre le taureau par les cornes en signant un contrat qui engage pas moins de 7 organismes signataires, l’Ordre ayant également été sollicité. Un vrai bulldozer administratif en marche pour un malheureux petit cabinet de médecine générale qui n’ouvrirait que 4 jours par semaine, aux heures ouvrables, uniquement sur RDV, sans visites et sans gardes. Ceci pour des raisons budgétaires, car on sait bien qu’en raison des règles liées au salariat, pour remplacer un médecin libéral, il en faudrait deux ou trois.

Le protocole prévoit que l’un fournisse gratuitement le local préalablement mis à neuf, l’autre le matériel de bureau, le troisième le matériel professionnel, le quatrième la secrétaire médicale, le cinquième le personnel médical, le sixième prenant en charge le matériel informatique, les autres s’occupant qui des logiciels, qui de la formation du médecin hospitalier à la médecine libérale (ils ont oublié dans le protocole la formation à l’autodéfense et les séances de tir), qui de la prise en charge des assurances, qui de la publicité,..  tout est prévu ou presque dans le protocole, y compris les rallonges hors budget de l’ARS pour l’hôpital. La consultation sera facturée à 23 euros, remboursés par la CPAM.

Par contre là où cela dérape et que la démarche devient moins compréhensible, c’est que le cabinet sera installé, non dans la zone sensible et déserte médicalement, mais là où sont les autres médecins libéraux, à 250 m d’un cabinet de groupe ! Quant à la FHF qui prône le numérus clausus à l’installation pour couvrir les déserts médicaux, elle ne donne pas l’exemple. Faites ce que je dis mais pas ce que je fais !

Il y a quand même une chose intéressante dans cette réaction de panique, démesurée, coûteuse et inefficace face à une pénurie dont on a encore rien vu : on va pouvoir connaître le vrai coût de la consultation. Il faudra additionner les budgets engagés par chacun des organismes et diviser par le nombre de consultations dans l’année. Il est probable que l’on se rapproche plus du coût de la médecine du travail de 80 à 100 euros, plutôt que des 23 euros alloués aux médecins libéraux, sans rallonge de l’ARS comme ici.

Gérard Maudrux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Un commentaire

  1. Bravo à Gérard Maudrux dont, une fois de plus, l’analyse fine et exacte des inepties dangereuses de notre administration est confirmée. C’este encore une fois la démonstration de la dérive bureaucratique et soviétique de notre pauvre pays qui traîne cette pathologie politique depuis les gouvernements post libération et engendre son déclin mondial reconnu par tous nos partenaires et concurrents. Voyez vers qui se tournent les Africains à présent….CQFD

  2. Si c’était pas trop loin de chez moi, j’irais bien y faire le ménage.
    Ça me rapporterait plus que mon cabinet qui est en cumul emploi-retraite !

  3. LES FONDS N’APPARTENANT A PERSONNE DE LA CNAV!!! J’AI EU LA SURPRISE EN RELISANT MON RELEVÉ DE CARRIÈRE, DE TROUVER QUE POUR CERTAINES ANNÉES, J’ÉTAIS SANS REVENUS, ALORS QUE J’AVAIS TRAVAILLE COMME PH TEMPS PARTIEL, SANS DISCONTINUITÉ PENDANT 20 ANS. J’AI ÉCRIT IL Y A UN AN, UNE SEMAINE APRÈS JE RECEVAIS L’ACCUSE RÉCEPTION DE LA CNAV ME PRÉCISANT QUE LA COMMISSION DU RECOURS GRACIEUX ALLAIT ÉTUDIER MA SITUATION. 6 MOIS APRÈS PAS DE RÉPONSE ET DONC NOUVELLE LETTRE RECOMMANDÉE : CETTE FOIS PAS DE RÉPONSE. DONC UN AN APRÈS J’APPELLE MARSEILLE EN LES MENAÇANT D’ÉCRIRE AU MINISTRE ET LA IL ME DONNE RAPIDEMENT UN RDV. EN FAIT SUR MA FEUILLE DE PAIE MON NUMÉRO DE SECU SE LIMITAIT A MA DATE DE NAISSANCE ET LES AUTRES CHIFFRES PAR DES ZÉROS. LES PRÉLÈVEMENT SOCIAUX ÉTAIENT BIEN EFFECTUES MAIS SANS LIEN AVEC UN COTISANT. SUR TOUTES LA FRANCE COMBIEN DE CAS SIMILAIRES, COMBIEN DE MILLIONS D’EURO TOMBENT DANS LA GRANDE MARMITE.EN DES-ERRANCE ..? SUR 15 ANS CONTRÔLÉS, 14 ÉTAIENT SOUS ÉVALUES!!ET CERTAINES ANNÉES DE PLUS DE 30 000 EUROS. HA, SI J’AVAIS PU ÊTRE DÉLÉGUÉ PARLEMENTAIRE§§§§

    • Dans son rapport 2015 sur la Carmf, la Cour des Comptes a tenté de démontrer que nous étions plus coûteux que d’autres, avec 3 méthodes de calcul. Pour 2 nous étions en tête, les moins chers, pour la 3e nous étions dans la fourchette haute, à tort. Ils tentaient de démontrer que nous étions plus chers que Agirc-Arrco (2,7% alors que nous étions à 1,3%). Je leur ai précisé de plus qu’eux et la CNAV géraient un seul régime, nous 4. Je leur ai répondu ensuite qu’il fallait tenir compte aussi de la qualité de service, qui risquait de se dégrader en baissant trop les coûts. “Vous signalez dans vos rapports respectivement 9%, 13,6% et 7,3% d’erreurs de liquidations à l’Agirc, l’Arrco et la CNAV, combien en avez vous trouvé chez nous ? “(ils n’en avaient apparemment pas trouvé ou pas significativement pour les citer). Vous faites partie des 7,3% de problèmes de liquidation. Quand aux délais de réponse, là encore ils n’en parlaient pas pour ne pas faire de compliments. Nous pourrions tout liquider en 8 jours à la Carmf, les dossiers qui traînent sont dûs aux non réponses de la CNAV et des Carsat.

  4. Piraté, c’est bon signe!! ça dérange le politique “établi” Mais oui, messieurs dames!!( puisque ces commentaires vous parviennent aussi…) la “base” en a marre de payer 75% d’impôts et taxes pour se faire tondre et entretenir vos trains de vie et vos incapacités à gérer correctement le pays. Les “élus hors sol”: ras le bol ! les élus payés pour ne pas (ou peu) siéger dans leurs assemblées: dehors! les “Moi ceci” et “Moi, cela”, je ferai…: les cocus (le piège était pourtant grossier…)ont compris la leçon, cette fois!
    Les moutons se réveillent; vous pouvez trembler , mesdames et messieurs les “élus”; vos mandats se terminent…On va laver “grave”, soyez en assurés. f Desmonts

  5. Certains n’y ont pas cru et pourtant ce que tu décris, Gérard, est parfaitement exact.
    Je connais bien Grigny, ville pauvre de 30 000 habitants coupée en deux quartiers par l’autoroute A6. C’est dans cette ville mais du coté où se trouvent encore 5 médecins généralistes et spécialistes à plus que plein temps associés à 3 dentistes et 4 infirmières que l’administration a décidé d’installer un médecin mi temps salarié et hypersubventionné (Gratuits les locaux et leur entretien, la secrétaire et les équipements, les impots et les charges) pour des consultations au même prix que les confrères mais aux heures de bureau …
    Quand on refuse la moindre aide à ceux qui sont au service des malades de Grigny depuis des années et qu’on dépense des centaines de milliers d’euros pour une démonstration fugace mais médiatique du service public de la santé, qu’on ne s’étonne pas que les médecins grondent !!!

  6. Bravo Gérard excellente analyse ! Je crois savoir que c est dans le nord cette affaire !
    Oui il serait interressant de calculer le prix final du C !
    Amical souvenir

  7. Piratés, les commentaires… après avoir montré des moutons : Bêêêêê…ça a fait sortir les loups du bois pour les croquer!
    Je déplorais ton faible impact auprès des confrères, mais apparemment contre toi la pression ne relâche pas…Là, tu as peut- être vraiment fâché quelqu’un. Bon, c’est pas la Syrie, parce que là bas c’est: ferme ta gueule! et pan dans la gu…
    mais ici c’est plus soft c’est : cause toujours! et si tu fais trop de bruit, c’est: oups! ça encore piraté?
    N’oublions pas qu’on est dans le plus beau et le meilleur des pays du monde: le Pays des droits de l’Homme, là où les dirigeants savent mieux que nous ce qui est bon pour nous parce qu’on les a “élu”. Plus ceux qui les servent dans l’ombre, parce que c’est bon pour eux et ceux qui les écoutent parce qu’ils sont devenus morts…