103

Covid-19 – Deux graves exemples d’incohérences.

Soignants sacrifiés sans raison

Rappelez-vous : en été 2021, l’idée que les vaccins anti-Covid disponibles en France empêchaient d’être contaminé et de contaminer autrui était si fortement mise en avant par les autorités et les médias, et apparemment adoptée par une partie de la population, que cela a justifié qu’on éloigne les soignants non vaccinés des patients. (On a même été plus loin, en leur interdisant de pratiquer par téléconsultation, et en les privant de revenus.)

Aujourd’hui, on sait bien que les vaccins anti-Covid n’empêchent pas de contaminer autrui. Mais quelles conséquences en tire-t-on ?

Entend-on des médias ou les autorités politiques reconnaître que l’idée qu’ils mettaient en avant l’été dernier était en fait une pure croyance, sans aucun fondement scientifique, et désormais reconnue comme fausse ?

Les entend-on remettre en question la méthode du gouvernement, qui a consisté à prendre une croyance sans fondement scientifique comme base d’une des mesures les plus répressives et les plus arbitraires que le pays ait connu depuis longtemps, à savoir la suspension sans salaire des soignants non vaccinés ?

A-t-on réintégré les intégré les soignants suspendus ? Leur a-t-on présenté des excuses, en leur versant tous les salaires qu’ils n’auraient jamais dû cesser de recevoir ? A-t-on dédommagé les médecins libéraux pour l’interdiction d’exercer qui leur a été faite ?

Non : au lieu de cela, on prolonge et aggrave l’injustice faite aux soignants suspendus en laissant perdurer leur exclusion de la société, et on demande aux soignants vaccinés de venir travailler même quand ils sont contaminés.

Et les soignants suspendus ont beau alerter sur leur sort, les médias ne s’en émeuvent pas et ne relaient rien. Jusqu’où la « mission » que la plupart des grands médias se sont fixée dès décembre 2020, à travers la Trusted New Initiative, va-t-elle les conduire ? Cette mission était alors résumée par le Directeur Général de l’Union Européenne de Radio-Télévision, la plus grande alliance de médias de service public dans le monde : « La confiance du public dans les vaccins est essentielle à leur adoption et à la réussite – ou non – de la lutte contre la propagation du virus. »

« Créer la confiance du public » et « informer » sont a priori deux choses très différentes. Mais on le constate jour après jour : depuis plus d’un an, les plus grands médias écrits et audiovisuels du monde, les principales agences de presse (AFP, Associated Press, Reuters…), ainsi que les grands réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Youtube, Instagram) et le moteur de recherche Google ont pris parti.

Toute information critique sur la sécurité ou l’efficacité des vaccins, sur la pertinence de la stratégie vaccinale, ou sur l’existence de traitements préventifs alternatifs ou de traitements précoces, fût-elle le résultat de travaux scientifiques publiés, est ignorée par les médias, invisibilisée par Google et censurée par les réseaux sociaux.

Ce parti pris va donc jusqu’à ne pas s’émouvoir un instant de l’arbitraire, désormais manifeste aux yeux de tous, que subissent les soignants suspendus, ni du maintien incompréhensible des décisions prises il y a plusieurs mois sur la base de croyances fausses.

Quelle société, quels médias, quel gouvernement est-ce là ?

Les vaccins protègent-ils des formes graves ?

Depuis que l’idée que les vaccins anti-Covid empêchent les contaminations est abandonnée, la justification des mesures de contrôle généralisé via le passe vaccinal repose désormais sur l’affirmation que les vaccins protègent des formes graves et que la vaccination de tous permettrait de soulager les hôpitaux, et principalement les services de Soins Critiques.

Justification faible et brandie sans discernement, puisque par exemple les jeunes, qui ne se retrouvent quasiment jamais à l’hôpital à cause du Covid-19 et encore moins en soins critiques, et qui ont à craindre des effets secondaires des vaccins anti-Covid, ne sont pas dispensés du passe vaccinal. Mais ce n’est pas tout.

Pour affirmer que les vaccins protègent des formes graves, on s’appuie beaucoup sur les chiffres publiés par la DREES. (Exemples ici ou , par exemple.)

Or, ceux qui utilisent les chiffres de la DREES comme preuve de l’efficacité des vaccins pour protéger des formes graves ou des décès oublient ou ignorent que ces chiffres sont entachés de plusieurs biais. Certains ont été décrits ailleurs, mais on s’attardera sur l’un d’entre eux, qui remet sérieusement en cause la validité des conclusions généralement tirées des chiffres de la DREES.

Comme l’explique le Parisien, la DREES part du fichier SI-VIC, qui recense les personnes hospitalisées en France avec un diagnostic de Covid-19 (et qui précise celles qui sont admises en Soins Critiques et celles qui décèdent). Ce fichier n’indique pas le statut vaccinal des patients, mais la DREES le rapproche d’un autre fichier : VAC-SI, qui, lui, recense les dates de vaccination des personnes vaccinées. Grâce aux données personnelles indiquées sur chacun de ces fichiers, la DREES est capable de retrouver le statut vaccinal de chaque patient enregistré dans SI-VIC. (En fait, ce n’est pas tout-à-fait le cas, et des approximations sont visibles dans les donnée de la DREES, mais on ne s’attardera pas ici sur cette question.)

En recoupant également avec un troisième fichier (SI-DEP, qui recense les tests de dépistage du Covid), la DRESS peut aussi vérifier le statut virologique des patients hospitalisés s’ils ont récemment été testés.

A première vue, la DREES peut donc ainsi fournir des chiffres qui permettent de compter combien de patients non vaccinés sont admis chaque jour à l’hôpital, entrent en soins critiques ou décèdent, et également combien de patients vaccinés avec une dose, combien de vaccinés avec deux doses etc.

A première vue, oui. Mais il y a un énorme biais, et les chiffres ne permettent absolument pas de compter ce qu’on croit compter.

Et la raison de ce biais, étonnante, est que depuis l’été 2021 il faut montrer un passe sanitaire pour entrer à l’hôpital.

Explications

Ce que ni le Parisien ni aucun grand média n’expliquent, c’est la façon dont le fichier SI-VIC fonctionne, et les conséquences de ce fonctionnement sur les chiffres de la DREES.

Comme l’explique la « documentation détaillée » de SI-VIC (se rendre ici, et cliquer sur « SYNTHÈSE »), un patient qui se trouve à l’hôpital, quelle que soit la raison de son hospitalisation, est inscrit dans le fichier SI-VIC et compté comme « patient Covid » sitôt qu’un diagnostic de Covid-19 est posé. Pour cela un diagnostic biologique, c’est à dire un test positif, suffit. On peut donc être « patient Covid » avec sa fiche créée dans SI-VIC en étant testé positif mais asymptomatique, et hospitalisé pour l’extraction d’une dent de sagesse ou une opération du cœur, par exemple.

La question des « patients Covid » hospitalisés pour d’autres causes commence d’ailleurs à être abordée dans les médias, depuis que Santé Publique France publie des données à ce sujet.

Le fait que depuis août 2021 un passe sanitaire soit demandé à toute personne entrant à l’hôpital pour autre chose qu’une urgence a donc une conséquence : les patients vaccinés peuvent entrer à l’hôpital sans que leur statut virologique soit connu. Un patient vacciné qui se trouve être positif et asymptomatique, s’il n’a pas fait de test récent et n’est donc pas inscrit dans le fichier des tests SI-DEP, pourra entrer à l’hôpital sans que personne ne sache qu’il est positif, et il ne sera pas inscrit dans SI-VIC. Il n’apparaîtra donc pas dans les chiffres de la DREES.

A l’inverse, hormis aux urgences, un patient non-vacciné doit faire un test pour entrer à l’hôpital. Un test positif n’empêche pas une hospitalisation, pour une opération programmée par exemple, mais il conduit bien sûr à être inscrit dans le fichier SI-VIC.

Quelles conséquences ? Tous les patients positifs non vaccinés hospitalisés sont inscrits dans SI-VIC, tandis que seule une partie des patients positifs vaccinés le sont.

Un patient asymptomatique hospitalisé pour une chimiothérapie ou une opération du cœur sera inscrit dans SI-VIC et sera comptablisé par la DREES s’il n’est pas vacciné (puisqu’il devra se faire tester juste avant), mais pas nécessairement s’il est vacciné : vacciné, son passe suffira, et il ne sera comptabilisé comme « patient Covid » que s’il a fait un test récent, ce qui n’est pas obligatoire.

Il apparaîtra donc forcément dans les chiffres de la DREES s’il n’est pas vacciné, mais pas forcément s’il est vacciné.

De même, si ce patient est placé en réanimation (donc en soins critiques) après l’opération, il apparaîtra dans les chiffres « soins critiques » de la DREES s’il n’est pas vacciné, mais pas forcément s’il est vacciné.

Et s’il décède, de la même façon, il apparaîtra dans les chiffres « décès covid non vacciné » de la DREES s’il n’est pas vacciné, Et s’il décède, de la même façon, il apparaîtra dans les chiffres « décès Covid non vacciné » de la DREES s’il n’est pas vacciné, alors que s’il est vacciné il n’apparaîtra pas nécessairement dans les rubriques « décès Covid vacciné » de la DREES.

Le décompte des « patients Covid » hospitalisés, en soins critiques, ou décédés n’est donc pas fait de la même façon selon que les patients sont vaccinés ou non. Dans un cas le décompte est partiel, dans l’autre il est exhaustif.

Qui plus est, du fait de la vague de contaminations générée par le variant omicron depuis décembre 2021, qui conduit en immense majorité à des formes de Covid-19 très peu voire pas symptomatiques du tout, la part des patients vaccinés positifs absents du fichier SI-VIC a des chances d’être élevée.

Or, c’est précisément sur les chiffres produits par la DREES sur la base des hospitalisations de décembre 2021 et de janvier 2022, en pleine vague omicron, que se basent les médias pour affirmer que les patients non vaccinés sont surreprésentés en soins critiques par rapport à leur poids dans la population générale.

Une double confusion est donc systématiquement faite par les médias et les autorités politiques :

1° ils considèrent que tous les patients inscrits dans les colonnes « soins crtiques » présentées par la DREES sont en soins critiques à cause de formes graves du Covid-19. Or, ce n’est vrai qu’en partie : tous les patients dépistés positifs au Covid-19 mais présents en soins critiques suite à une opération ou à un autre problème de santé sans rapport avec le Covid-19 y sont également comptabilisés.

Et 2°, comme on vient de le voir, ils ignorent que ce a s de figure a davantage de chances de concerner des patients non vaccinés que des vaccinés.

Il faudrait pouvoir répondre à ces deux questions : dans quelle mesure la surreprésentation des « patients covid » non-vaccinés en soins critiques est-elle due à l’efficacité des vaccins contre les formes graves, et dans quelle mesure à l’absence dans les chiffres de la DREES d’une partie des « patients Covid » vaccinés en soins critiques ? Si on incluait dans les chiffres de la DREES tous les patients vaccinés présents en soins critiques pour d’autres causes que le Covid-19, et dont la positivité n’a simplement pas été détectée, y aurait-il encore une surreprésentation des non-vaccinés ?

En attendant d’avoir la réponse à ces questions, on ne peut donc pas s’appuyer sur les chiffres de la DREES pour affirmer que les vaccins sont efficaces contre les forme graves.

Les traitements protègent-ils des formes graves ?

Une dernière remarque : si les médias et les agences gouvernementales telles que la DREES mettent activement le projecteur sur la différence de représentation des personnes vaccinées et non-vaccinées parmi les patients en soins critiques, y a-t-il eu une seule enquête menée pour savoir quelle proportion de patients admis en soins critiques à cause du Covid-19 étaient en carence de vitamine D ? Ou pour savoir quelle proportion d’entre eux avaient bénéficié d’un traitement précoce dès les premiers symptômes ?

Si les patients carencés en vitamine D et non-traités (vaccinés ou pas) « encombraient » les services de soins critiques, ne serait-il pas utile de le savoir ?

Comme on l’a écrit et répété, les autorité sanitaires n’ont jamais cherché à connaître l’efficacité des traitements préventifs tels que la supplémentation des carences en vitamine D, ni des traitements précoces tels que l’azithromycine, l’ivermectine, les anti-asthmatiques, la mélatonine, la Bétadine, ou même certains antidépresseurs. Tous ces traitements ont pourtant fait l’objet de multiples essais cliniques avec des résultats positifs, et sont prescrits en France contre le Covid-19, par des médecins qui ne se conforment pas aux instructions ministérielles, mais qui ne peuvent pas s’exprimer en public et témoigner de leurs observations, sous peine de poursuites par l’Ordre des Médecins.

Si — à tort comme on vient de le voir — les autorités prétendent établir l’efficacité des vaccins contre les formes graves en observant les patients hospitalisés, comment justifier qu’elles n’aient toujours pas cherché à observer l’efficacité des autres options thérapeutiques ?

Enzo L.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

103 commentaires

  1. Bonjour,
    Merci pour toutes ces analyses et cet immense travail.
    Une jeune consœur généraliste dans le 74 et qui prescrit des traitements précoces est convoquée au conseil de l’ordre d’Annecy. Elle est un peu perdue et nous demande de l’aide. Connaissez-vous un avocat qui pourrait l’assister sur Annecy ? Ou des médecins qui pourraient l’assister lors de son audition ? Merci

  2. J’ai un texte de détail statistique sur cette question “le vaccin protège-t-il des formes graves” (réponse: statistiquement non, d’après les chiffres même de la DREES), où puis-je l’envoyer?

  3. Vous êtes relativement gentil avec nos autorités en pensant qu’elles se sont fourvoyées avec une croyance. Non, la réalité est plus cynique. Comme l’a reconnu JF Delfraissy lors de son audition au Sénat le 8/12/21 il savait que le passe sanitaire serait inefficace mais ils l’ont mis en place pour contraindre à la vaccination. Comme l’a plaidé le ministère de la Santé lors du référé liberté devant le Conseil d’Etat en mars 2021 “le vaccin n’empêche pas de transmettre le virus aux tiers”. Enfin, la CNIL, malgré ses multiples demandes n’a jamais pu obtenir du gouvernement les preuves de l’efficacité du passe sanitaire. Ainsi, la pensée de Soljenitsyne prend tout son sens dans cette affaire: ” Nous savons qu’ils mentent, ils savent aussi qu’ils mentent, ils savent que nous savons qu’ils mentent, nous savons aussi qu’ils savent que nous savons qu’ils mentent, et pourtant ils continuent à nous mentir.”

  4. il faut montrer un passe sanitaire pour rentrer à l’hôpital pour des consultations ou des visites aux malades, mais pas pour se faire hospitaliser pour un problème non programmé !!! les patients non vaccinés hospitalisés en réa n’on pas présenté de pass sanitaire par exemple

  5. Merci pour cet article, très pertinent comme toujours…
    J’ai juste un petit bémol quand au biais des patients vaccines/non vaccines admis à l’hôpital. Travaillant dans un petit hôpital périphérique, je peux vous assurer que chaque patient qui doit être hospitalisé doit effectuer une pcr covid (indépendamment de son statut vaccinal). C’est d’ailleurs ainsi effectivement qu’un patient entré aux urgences pour une fracture du col fémoral va être redirigé sur le service covid au lieu de l’orthopédie, même s’il est vacciné.
    Et il en est de même au CHU ou dans le privé, puisque ces établissements nous demandent systématiquement de réaliser une pcr aux patients que nous devons leur transférer… dans se soucier de leur statut vaccinal. Je ne peux affirmer qu’il en est de même dans toutes les régions, mais on peut le supposer?
    Cela n’enlève rien aux nombreux autres biais. Et je peux également affirmer que le statut vaccinal des patients n’est pas toujours clairement noté dans leur dossier… ce qui est bien dommage car faciliterait grandement les statistiques à posteriori! Et je ne parle même pas des prises en charge extra hospitalières (pour embolie pulmonaire ou arrêt cardiaque par exemple), même si
    parfois il est impossible de récupérer l’information.
    Merci en tous cas pour votre travail, toujours très agréable à lire!

    • Merci pour ces informations, qui relativisent en effet la portée du biais que je décrivais.
      Il faudrait pouvoir largement enquêter auprès des hôpitaux…

  6. Les dossiers des patients hospitalisés (hors covid) ne comportent pas d’indication sur leur statut vaccinal anti-covid or si nous étions en phase 3 (mais nous y sommes !) cela ne permettrait-il pas d’être attentif à d’éventuels effets secondaires ?

  7. Merci à nouveau pour cette communication qui nous éclaire encore un peu
    plus !
    On pourrait également préciser , concernant les soignants suspendus libéraux (dont je fus pendant 2 mois , avant de contracter volontairement la Covid pour pouvoir retravailler !…), que nous avons interdiction de nous faire remplacer par un praticien vacciné !!! (où est la justification sanitaire ? où est l’intérêt du patient ? d’autant que (presque) partout en France il y a pénurie de praticiens…). Merci à vous et à tous ceux qui recherchent la vérité….

  8. Existe-t-il une étude en double aveugle permettant d’affirmer scientifiquement que le vaccin a une quelconque action sur la protection contre les formes graves?
    Je reconnais ne pas avoir beaucoup cherché, mais je n’ai rien trouvé.

    En l’absence d’une telle étude, toute conclusion sur le sujet ne serait qu’une hypothèse !

  9. Il n’en est pas moins vrai que
    – la première incohérence magistrale, c’est d’utiliser le mot “vaccin” et ceux de
    sa famille, au lieu d’utiliser, pour bien montrer la différence, le mot injection” et
    sa famille
    – la seconde incohérence magistrale, c’est de penser que Pasteur était un type
    bien, un bienfaiteur de l’humanité
    – la troisième incohérence magistrale, c’est d’avoir cru que c’était les “vaccins”
    (au sens” ancien” donc) qui avaient fait reculer, voire anéanti les épidémies.
    Alors que les obliger pour toute une génération, déjà, sans distinction des
    organismes différent, était/est/sera(?) complètement insensé … sauf pour
    Bigpharma.

  10. Je rappelle ce biais signalé par Raoult. Pendant 15 jours après la deuxième dose et maintenant la troisième, les “vaccinés” sont considérés comme non vaccinés, à la demande de Pfizer. L’ennui, c’est que c’est pendant cette période qu’il y a le plus de risque d’infection à la covid19. Tous mes amis vaccinés ont attrapé la covid juste après la piqure. Mais ils sont enregistrés non-vaccinés!

  11. Le passe vaccinal crée un sentiment de sécurité dans la population totalement fallacieux parce que ce dispositif est mal conçu, donc inefficace. Cas d’école : un porteur de passe vaccinal cas contact peut parfaitement faire un auto-test qui lui révèle qu’il est positif, mais il peut choisir de ne pas faire un test en pharmacie pour éviter que le résultat positif soit remonté dans la base de données nationale, afin de pouvoir continuer à circuler et consommer librement. Le vacciné sait alors qu’il est positif, mais il peut continuer à aller au restaurant, au théâtre ou au cinéma, où il n’aura bientôt même plus à porter le masque, et même poursuivre ses RDV médicaux ! ! ! Je vois tous les jours grossir le nombre de personnes qui ne veulent même plus faire de tests de peur de se retrouver privées de vie sociale ou contraintes de reporter leurs RDV, beaucoup se disant : “de toute façon, les vaccinés sont protégés contre les formes graves, donc c’est OK si je continue à sortir même en étant positif”.
    Le virus continuera donc à se diffuser de façon prépondérante par l’entremise des vaccinés et pas par les non-vaccinés, qui eux n’ont plus de vie sociale et n’ont accès aux soins qu’en prouvant leur non-contamination. C’est pourtant sur les non-vaccinés que le gouvernement fait ignominieusement porter toute la responsabilité de la poursuite de l’épidémie …
    Tous les vaccinés (doubles, triples, voire bientôt quadruples) qui se retrouvent entre eux dans les salles de spectacles, les restaurants, les foires et lieux d’exposition, bientôt sans aucun masque, devraient vraiment se poser la question : qu’est-ce qui me prouve que la personne que je côtoie est vraiment non-contaminante ? Elle n’a pas fait de test avant de s’asseoir à la table ou sur le siège à côté, donc comment puis-je être sûr(e) qu’elle ne va pas m’infecter ?
    Parmi les triples vaccinés que je côtoie, près de la moitié se sont trouvés contaminés dans les 3 derniers mois (dont 1 décès). Sur les personnes qui m’ont dit ne pas être vaccinées, à peine 25% ont été contaminées sur la même période, sans forme grave pour l’instant … Évidemment la plupart des non-vaccinés en question se supplémentent en vitamines D et C (entre autres), ce que font très peu des vaccinés que je côtoie, tout persuadés qu’ils sont que le vaccin est un talisman efficace …

    • En effet, les “mesures sanitaires” du gouvernement sont de vraies passoires (et pas uniquement les passes).

      Mais vous admettez dans votre analyse que la covid reste une maladie grave, hypothèse de plus en plus fausse.
      La vraie question à se poser n’est pas: “qu’est-ce qui me prouve que la personne que je côtoie est vraiment non-contaminante ?”, mais: “comment en suis-je venu à penser que la personne que je côtoie puisse être dangereuse ?”.
      J’espère qu’un jour on sortira de la psychose…

    • Très dommage de dire “vacciné” quand il faudrait didactiquement dire “injecté”
      Ne pas confondre “vaccin”, déjà pas du tout recommandable avec “IGE” (injection génique expérimentale) encore moins recommandable

  12. bonjour ENZO,
    d’abord merci pour l’ensemble des articles; un commentaire de PierrePhilippe
    indique qu’il pourrait communiquer un article sur IVM, je souhaiterai le lire car
    l’action pharmacologique in vitro a été prouvée,comparée à d’autres antiviraux,
    et estimée à 85%,bien supérieure à ceux ci; par une action antiprotéase et sur
    le site de penetration cellulaire. je serais trés interessé de lire cet article.merci
    d’avance. bien confraternellement.

  13. Dans la Conférence de presse «Libérons nos droits !», les soignants suspendus prennent la parole, un cardiologue dit clairement que dans les résultats à 6 mois publiés par Pfizer montrent clairement que la vaccination ne protège pas des formes graves, vacciné ou pas eu gros autant de décès. Je ne sais pas trouver le texte de cette étude mais ce serait au moins aussi clair et convaincant que de détricoter les données confuses de la DRESS. Alors si quelqu’un sait répondre et fournir les infos, merci

    • L’ étude a été publiée dans le NEJM, le 15/09.
      Elle a été analysée par l’ AIMSIB et France Soir.
      C’est dans l’appendix de l’étude que l’on trouve ces données négatives pas dans le texte principal. il y a eu plus de décès et d’ EIG dans le groupe vacciné que dans le groupe témoin.

        • Réaliser que le prix de la vie ou de la santé d’un être humain jeune, qui a toute la vie devant lui, peut être, dans un nombre soigneusement dissimulé de cas, d’environ 30 € les 2 injections, puis 15€ tous les 3 ou 4 mois, que tout cela est la seule motivation de l’industrie qui n’en éprouve aucune honte, savoir que nous sommes tous pour eux des consommateurs et uniquement une source de profit au point de bidonner les « notices » de leurs produits, et comprendre que leur action coordonnée est réellement reliée à un plan plus vaste encore et froidement programmé par de grands malades qui n’ont aucune connaissances scientifiques , mais seulement suffisemment d’argent pour acheter le monde entier, voilà donc la réalité que nous vivons tous, la dystopie dans laquelle nous sommes tous plongés. Certains matins, je me dis que ce n’est qu’un mauvais cauchemar et que je vais me réveiller.

  14. Rappel
    1) Soignant non “vacciné” asymptomatique testé négatif -> interdit de bosser
    2) Soignant “vacciné” symptomatique (donc contaminant …) -> peut (et doit) bosser !
    Mieux selon remontées de terrain, les “vaccinés” symptomatiques positifs sont rappelés cause manque personnel !!!
    Quelqu’un pour confirmer cette aberration ?

      • Étant tjs en activité et donc cotisant obligatoire au CO je compte interpeller l’institution sur cette question. Me faudrait confirmation de l’aberration sus évoquée.
        Cdlt

        • Pour les non vaccinés, pas de problème pour la confirmation. Pour les vaccinés malades, c’est confirmé, des notes internes d’hôpitaux sont déjà passées ici, demandent au personnel de travailler malgré un test positif, sauf si physiquement ils ne peuvent pas. C’est à dire malades légers et contaminants, au boulot.
          L’Ordre s’en fout, ne fera jamais de remarques. L’Ordre et la médecine font deux.

          • Merci de votre réponse je ne manquerai pas de transmettre la réponse du CDI. Pour votre dernière affirmation j’imagine que vous parlez hélas en connaissance de cause 😷

    • Je ne peux pas confirmer que les soignants vaccines positifs, symptomatiques ou non, sont rappelés, mais qu’ils sont « priés » de travailler, oui! Et malgré cela personne ne se pose la question de réintégrer les soignants non vaccines suspendus…

    • Il est absolument impossible pour Bill Gates, Klaus Schwab et Cie de se battre contre ce qui n’existe pas et n’a jamais existé, même pas à Athènes il y a très longtemps.

      On aura beau dire, on aura beau faire « Dès que nous disons le mot « démocratie » pour nommer notre mode de gouvernement qu’il soit américain, allemand ou français, NOUS MENTONS. La démocratie ne peut jamais être qu’une idée régulatrice, une belle idée dont nous baptisons promptement des pratiques très diverses. Nous en sommes loin, mais encore faut-il le savoir et le dire »(A.E)  

      « Nous sommes victimes d’un abus de mots. Notre système (les « démocraties » occidentales) ne peut s’appeler « démocratique » et le qualifier ainsi est grave, car ceci empêche la réalisation de la vraie démocratie tout en lui volant son nom. »  (S-C.K)

      « La démocratie, c’est le nom volé d’une idée violée » (J-P.M).

  15. Je vous ai mis en lien en toute fin de ce billet hommage au Pr. Montagnier grâce à la complicité du Presque Dr. T’Ché-RIEN ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2022/02/lux-hommage-dun-rien-et-dune-rienne-a-une-etoile-12-02-2022.pdf

    J’ai intégré, également, la 1ère partie du Chapitre 9 du livre dynamite de RFK Jr. que R71 est en train de traduire, partiellement, je confection le PDF au fur et à mesure de leurs traductions et sur mesure… Le Pr. Montagnier y a une bonne place par ailleurs ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2022/02/12/hommage-des-rien-nes-a-une-etoile-morte-qui-brille-10millions-de-fois-plus-que-le-soleil-version-pdf/

    Je remets votre article en intégralité sous mon billet en commentaire.

    JBL

  16. Re-bonjour
    j’ai constaté que l’article Ivermectine, David contre Goliath a été censuré par Mediapart.
    Mais j’avais fait des copies d’écran.
    Je ne sais pas comment contacter BasicBlog pour lui demander si son article peut être republié ailleurs ( ici?)
    Le pdf fait 16 pages, si certains sont intéressés, Zola/lolo fait donner aux interessés mon adresse je leur enverrai le pdf
    cordialement
    Pierre Philippe

    • Mediapart, c’est de la daube de propagande nauséabonde, pour les abonnés, de moins en moins nombreux. Les blogs de Mediapart, c’était un service gratuit pour les abonnés (certains restant abonnés pour cela), mais de plus en plus la rédaction de Mediapart s’est mise à censurer. Laurent Mucchielli en a fait les frais, puis nombre d’autres. Mediapart à commencé à dériver sévèrement en endorsant le coup d’état du Maidan.

  17. efficace…on aimerait avoir les réponses des autorités sanitaires aux questions posées.
    accessoirement, j’aimerais à nouveau reprendre un poste à l’hôpital.

  18. Merci pour ce nouveau message d’information.
    Je me permets de signaler de nouveau le blog de basicblog sur mediapart ( apparemment ses messages ne sont pas censurés, sauf celui extraordinaire sur l’ivermectine. Un des membres de ce blog l’a sauvegardé et pourrait le remettre ici.

    Par ailleurs je suis toujours surpris par l’argument suivant lorsque l’on évoque l’effet de l’IVM anti covid sur les populations subsahariennes: ” oui, mais c’est une population jeune et donc..ils ne risquent rien (ou argument similaire)…mais ces objecteurs restent cependant partisans de piquouzer nos jeunes car..ils sont à risque. Bizarre ce raisonnement, non?

    amicalement
    Pierre Philippe

    • Tous les gens sérieux ramènent les mortalités observées en taux par tranche d’âge. Il y a assez de personnes âgées (mieux traitées que nos anciens dans les EHPAD) dans les pays africains de référence pour se convaincre que l’argument de l’âge moyen ne tient pas.

    • Bonjour, actuellement en Patagonie Argentine et bourré de commorbiditees, je navigues à vue pour éviter le covid. Je prends donc une vingtaine de gttes d’IVM chaque jour. L’ensemble des gens qui m’entourent, tous vaccinés, ont tous été infectés et/ou malades depuis décembre et moi rien. En tous cas aucun symptôme. Ici l’IVM est en vente libre pour une dizaine d’€ la bouteille. Donc assez cher.

  19. Excellent la betadine, la carence en vit d préexiste tellement que… Les résultats sont garantis, bravo, et le retour aux fondamentaux alternatifs,bravo
    E la pagaie ajoute a la pagaille

  20. Bravo pour ces recherches et ces explications très intéressantes ; en espérant que le travail énorme que vous menez pourra un jour être repris à tête reposée pour y voir plus clair ; en attendant il nous faut encore supporter ce passe vaccinal jusqu’à ce que le maitre des horloges en ait décidé la fin … ce qui semble beaucoup lui rapporter en terme de popularité .

  21. Bonjour et merci pour votre contribution,
    Vous parlez d’un biais qui fausse les stats et génère une surreprésentation défaveur des non possesseur d’un pass sanitaire.
    “Le fait que depuis août 2021 un passe sanitaire soit demandé à toute personne entrant à l’hôpital pour autre chose qu’une urgence a donc une conséquence : les patients vaccinés peuvent entrer à l’hôpital sans que leur statut virologique soit connu.”
    On parle bien ici des hospitalisation programmées (pas des urgences, ni des consultations et autres visites qui ne rentrent pas dans les stats)
    D’aprés mon expérience, pour ce qui est des hospi programmées, un test négatif récent est requis quelque soit le statut vaccinal (moins de 72h pour vacc, moins de 24h pour non-vacc).
    D’aprés ce protocole, un non-vacc positif a donc en fait moins de chance de rentrer à l’hôpital puisque son test est plus récent.
    En cas de test +, les hospi sont retardées si possible (cf recommendation de la SPAF (MAJ 19/01/2022): https://sfar.org/positionnement-de-la-sfar-sur-le-delai-de-report-dune-intervention-programmee-apres-test-de-depistage-preoperatoire-positif/

    Donc dans ce cadre l’afirmation ci-dessous me paraît inexacte :
    “Le décompte des « patients Covid » hospitalisés, en soins critiques, ou décédés n’est donc pas fait de la même façon selon que les patients sont vaccinés ou non. Dans un cas le décompte est partiel, dans l’autre il est exhaustif.”
    Tous les patients sont testés de la même facon aux urgences. Tous les patients doivent être testés avant hospi programmée et sont non admis (sauf si on ne peut pas reporter) si positifs (les non vacc sont même testés de facon plus stricte -> donc moins d’admission).

    • Il n’y a aucune raison de prêter crédit aux statistiques gouvernementales. Nous avons assez de connaissances pour savoir que les injections géniques expérimentales n’ont aucun effet bénéfique et sont toujours, par construction, des perturbateurs du système immunitaire, et des poisons souvent. Respect au Professeur Montagnier qui a immédiatement tout compris.

      • Pour les opposer à “vaccin (un concept très surévaluer) il serait de fait intéressant et constructif de parler comme vous de “IGE” (pour Injection Génique Expérimentale)

        Pour autant qu’il soit vrai qu’un vaccin au sens “ancien” c’est aussi une injection s’il y a seringue
        Le souci du juste mot pour la juste chose. Le souci des mots pesés pour éviter d’accroître, voire pour contribuer à réduire, les maux pesants.

      • Pour les opposer à “vaccin (un concept très surévaluer) il serait de fait intéressant et constructif de parler, comme vous, de “IGE” (pour Injection Génique Expérimentale)

        Pour autant qu’il soit vrai qu’un vaccin au sens “ancien” c’est aussi une injection s’il y a seringue

        Le souci du juste mot pour la juste chose. Le souci des mots pesés pour éviter d’accroître, voire pour contribuer à réduire, les maux pesants.

    • @ EDOUARDT
      Il me semble que la dernière parenthèse de votre commentaire “(les non vacc sont même testés de facon plus stricte -> donc moins d’admission)” va dans le même sens que l’article. En effet à contrario on peut écrire “les vacc sont testés de façon moins stricte -> donc plus d’admissions” par ignorance de leur virologie.
      Or Enzo écrit: “Tous les patients positifs non vaccinés hospitalisés sont inscrits dans SI-VIC, tandis que seule une partie des patients positifs vaccinés le sont.”

      • @ROGER
        Je m’excuse, ce nétait pas clair. Avant une hospitalisation, un non vacciné doit faire un test 24h avant d’être admis alors qu’un vacciné à 72h. En cas de test positif, l’hospitalisation est décalée de 6 semaines.
        Ce que je voulais dire ici c’est qu avec le plus grand décalage possible entre le test et l’admission à l’hopital (72h vs 24h). Il y a plus de chance qu un vacciné rentre à l’hopital malade (inconnu à l’admission) et donc gonfle les stats des vaccinés hospitalisés. Mais c’est trés marginal

  22. En ce qui concerne le harcèlement contre les soignants non vaccinés
    je peux témoigner pour une praticienne chirurgien-dentiste, non vaccinée, donc suspendue à qui le conseil national d l’ordre des chirurgiens-dentistes a refusé qu’elle soit remplacée par un dentiste vacciné ; ayant atteint l’âge de 60 ans, elle a décidé de prendre une retraite anticipée et a souhaité revendre son cabinet à un autre dentiste et cela lui a été également interdit par ce même conseil de l’ordre du département de l’Isère…
    Si cela ne s’appelle pas de l’acharnement, en dehors de tout jugement… ça y ressemble !!!
    Je prescris de l’ivermectine avec des patients qui s’en trouvent très bien avec un Covid léger…

  23. Comme quoi quand on « gouverne » et qu’on veut éteindre la lumière il suffit de bien contrôler la main de celui qui appuie sur l’interrupteur (et c’est encore plus facile quand on contrôle plusieurs mains sur plusieurs interrupteurs…).

  24. Très belle démonstration des biais possibles dans les chiffres de la DREES.
    Merci Enzo dont je suivais le blog avant de le retrouver ici.
    J’ai essayé d’analyser les chiffres de la DREES et comme je suivais aussi depuis de nombreux mois les données de Santé Publique France, mon premier réflexe a été de comparer les données pour vérifier que les ordres de grandeur étaient similaires.
    Je me suis rendu compte que pour les nombres de tests et les nombres de tests positifs l’écart est important mais pas proportionnel. C’est à dire que je retrouve en moyenne 40% du nombre de tests alors que je retrouve 70 % des tests positifs : exemple pour une journée à 1000000 de tests on trouve 400000 tests dans les données de la DREES et pour une journée à 300000 tests positifs on en trouve 210000 dans les données de la DREES. Du coup on peut se poser la question de qui est vacciné ou pas dans les données manquantes.
    J’avais cru comprendre que la DREES ne récupérerait que les tests PCR fait par les laboratoires et pas les antagoniques mais je ne comprends pas pourquoi puisque ces derniers alimentent aussi la base SI DEP.
    Enzo, avez vous une explication sur ces différences ,
    De plus la DREES communique pour les hospitalisations, réa et décès sur un nombre total et sur un nombre avec PCR +.
    Personnellement j’utilise pour mes analyses uniquement les nombres avec PCR +. Une personne décédée sans PCR + n’est pas morte du COVID ???

    Merci d’avance si vous pouvez répondre à mes questions.

  25. Il y a quelque chose que j’ai de plus en plus de mal à digérer : Toutes mes connaissances plus ou moins lointaines qui se sont fait vacciner ont quasiment toutes attrapées la Covid plus ou moins gravement. Dernière en date, la maman de mon gendre (opérée d’un cancer du sein il y a un an et demi) vaccinée triple dose vient de l’attraper ( perte de goût, courbatures, fièvre – pas Omicron ?)mon beau fils non vacciné n’est toujours pas positif mais sa soeur, son beau-frère eux vaccinés l’ont eu et ne se sont pas gênés, les gros malins, d’infecter cette personne âgée ! Son médecin lui a royalement prescrit du Paracétamol, de la vitamine D et du Zinc ( quelle générosité …) ! Et vous voulez que les gens, qui sont sous le joug des mensonges de ce Gouvernement de pervers, entendent les messages de ce Blog ou d’autres équivalents ?

    • Quelques nouvelles de Suisse…
      Mon amie non injectée était invitée avec son compagnon (non injecté) le 31 décembre chez son frère et sa famille, donc 5 personnes injectées. Mon amie et son compagnon, par respect pour les injectés (!) ont fait un auto-test. Rien de tout ça chez le frère. Une nièce s’est plaint d’avoir mal à la tête. Personne ne s’est inquiété car injectée. Devinez la suite: les 7 personnes malades, infectées par la nièce. Mon amie et son compagnon vont bien malgré leur âge (65 et 70+). Ils sont contents: ils bénéficient du certificat…
      Autre histoire: amie cancéreuse en rémission. Ne veut absolument pas se faire injecter. Fait super attention. Va chez des amis injectés (triple). L’un des deux injectés s’est retrouvé aux urgences, très mal en point. Sa compagne a eu un petit covid, mais il avait aussi contaminé mon amie. Tout est bien qui finit bien: un petit covid (grosse fatigue) et un sésame 10 jours avant la levée du pass (du moins est-ce annoncé). Son mari, médecin, l’a mise sous pression depuis qu’il s’est fait injecter, parmi les premiers quand le vaccinodrome s’est ouvert à tous… Ivermectine? Du charlatanisme. Didier Raoult? Un charlatan.
      Le copain passé aux urgences: pourquoi vous vous faites pas vacciner? Mais non, c’est des histoires. Y’a pas d’effets secondaires.
      Et dernière en date: mon mari et moi revenons d’un voyage en train. Pas masqués, car nous buvions le thé et mangions des noix.. et que nous résistons comme nous pouvons. La contrôleuse passe: faudra vous masquer. Oui, oui. On ne l’a pas fait. Elle repasse: vous avez fini de manger, ça prend trop de temps, faut mettre le masque. On lui a demandé de faire son boulot, pas celui d’un flic. A la gare suivante, 3 flics armés, avec gilets pare-balles, montent vers nous. Nous avions flairé le coup et étions couverts. La contrôleuse les a dirigés vers nous et a expliqué notre désobéissance. C’était d’un ridicule achevé. L’un des flics nous a expliqué qu’ils venaient pour des vols, et aussi des masques. Mon mari a éclaté de rire. J’ai pris une photo souvenir… et on m’a averti que je n’avais pas le droit de mettre sur les réseaux sociaux. Que Dieu me garde!
      On nous a finalement gentiment prié de nous masquer et de garder les masques jusqu’au bout, sans quoi les flics seraient informé à la station suivante…
      Et pour terminer: dans le petit train de montagne nous étions sans masque. Un passager non masqué monte. L’un des voisins le somme de mettre un masque. Puis il nous invective. Le tout en anglais. On décline. Il est tombé dans un accès de délire total, a crié et gesticulé comme un fou.
      On est resté de marbre.
      Vive la résistance, ça renforce le caractère… A noter qu’après le passage des flics, nous avons eu une conversation délicieuse avec un voisin, anthropologue et Guadeloupéen. Là-bas, ils ont brûlé tous les vaccinodromes, et les flics envoyés ont peur et profite de la plage… Ils sont méfiants, les Guadeloupéens. Le gouvernement les a intoxiqués, créant des tas de cancers, et ils se demandent comment ils se pourraient que maintenant le gouvernement leur veut du bien. Bien ancré dans le sol aide à garder l’esprit critique.

      • Merci pour vos témoignages et retours d’expérience ferroviaire
        On se sent moins seul
        Concernant les trains Inter-cités français, avez-vous assisté a des contrôles du pass vaxxinal ? On m’assure de divers côtés que ces contrôles sont quasi inexistants. Traverser la France en TER a ses charmes mais c’est vraiment peu pratique certains jours. …

    • Attention : vitamine D et Zinc, ça n’était pas une connerie
      Sans doute faudrait-il ajouter Gluthation et Quercétine pour le moins, sans oublier les diverses formes de Vitamine C les plus naturels possible.

      Mais c’est pas remboursé par la Sécu

  26. Le gouvernement nous mène en bateaux. Il nous a menti sur tout. Faire du profit, fermer les hôpitaux, nous priver de manifester et de nos libertés. Il nous a enfermé avec l état d urgence il a gouverné en dictateur.

  27. D’une façon générale, on peut discerner la doxa depuis 2 ans aux scotomes de la recherche: au pays de Pasteur, on n’a pas produit l’ombre d’un vaccin (sauf à Nantes dans une startup qui s’est fait bananer par Boris Johnson, je pense après un coup de corruption par Pfizer), on a opportunément stoppé toute recherche sur l’hydroxychloroquine au moment où ça montrait l’efficacité de ce traitement), on n’a voulu faire aucune recherche en médecine générale sur l’ivermectine ni sur l’azithromycine, ni sur la vitamine D (alors que toutes les données sont dans le système d’informations de la Sécu) et on n’a pas fait non plus d’évaluations de l’efficacité des mesures gouvernementales successives et contradictoires (isolement, confinement, masques ici ou là, alcool, dépistages, vaccins, etc..). Honte sur le conseil scientifique qui n’a rien publié alors qu’il avait toutes les données sous la main ! Honte sur les corrupteurs et les politiques qui ont créé une guerre de religion en France entre vax et antivax qui sert le virus, les labos et leur ivresse de pouvoir

    • C’est ce que je pense depuis longtemps : La sécurité Sociale a toutes les données sur les personnes vaccinées .. ou non . Quand on fait un test, tout est répertorié mais on oppose le “secret médical” pour ne pas pourvoir utiliser ces données alors qu’on peu certainement anonymiser ces données ainsi on aurait des chiffres plus proches de la réalité concernant toutes ces personnes hospitalisées avec ou sans Covid, avec ou sans vaccins. Pas besoin de tout ces SI-Dep ou SI-VIC, autant de sources de biais,
      C’est donc une volonté farouche d’enfumer l’honnête citoyen et même le chercheur.

    • Conseil scientifique? Non, repère de francs maçons au service de leur Grand Maitre pour leur but final, ne cherchez pas plus loin, sans parler certainement de quelques pédophiles , je n’ose pas dire une bonne part.

  28. Bonjour
    Les soignants ne sont pas sacrifiés sans raison. Les raisons en sont parfaitement connues :
    a) entretenir la panique ce qui permet de conduire un peuple où bon vous semble et d’emmerder qui bon vous semble : auto-ausweis, distanciation sociame, suppression des visites (EHPAD, Hôpitaux, et même domicile), masque confinement, couvre-feu, interdiction des soins non homologués sauf paracétamol du Dr Buzyn, QRcode, puis vaccins qui n’en sont pas, puis “pass” sanitaire, vaccinal avant les pass climat, citoyens et crédit social… Les Gaulois, soi-disant réfractaires ont TOUT AVALÉ sans aucun problème. Et même des partis soi-disant d’opposition. Quant aux “journalistes”…
    b) destruction accélérée de l’hôpital public comme de TOUT ce qui est PUBLIC. M. Macron est un parfait “Chicago Boy”. Tout doit disparaître, hôpital, sécurité sociale, école publique et gratuite, personnel administratif public-internet suffit- etc. Seul le sacro-saint Marché sauvera l’homosapiens et la planète. C’est une religion, ça ne se discute donc pas. “Je mets mon espoir en Friedmann, je suis sûr de sa parole”. Et dans le pognon aussi, normal pour un banquier…

    • Un soignant “réfractaire” qui n’est pas viré, c’est un dangereux témoin de la réalité du terrain.

      Dehors, complotiste !!!

      • Bonjour,
        Exact, je n’y avais pas pensé.
        Idem pour les non vaccinés qui constitueront la population témoin lorsque l’on se posera des questions sur les conséquences des injections. Car nos “autorités” nous expliqueront que les autres populations non vaccinées d’autres pays n’ont rien de comparable (âge, mode de vie, environnement, climat vitesse du vent…). Les non-vaccinés doivent donc disparaître…

  29. Superbe démonstration, merci.

    Pour moi ces faits re-re-re-re confirment deux faits:
    Les informaticiens, techno trucs, etc…, ont conçu des outils le moins imparfait possible mais pas parfait. Et si on agglomère ces bases imparfaites on empile les imperfections. Surtout si ce n’était pas prévu pour cela au départ.
    Par un espèce de glissement intellectuel, on en fait des bases de prise de décision. C’est parfaitement stupide.
    Dans un des liens sur l’analyse de cette technocratie faîte par le monde paysan il y en a une assez parlante, un paysan:
    ”Mon pré il fait tant de surface. Cette surface ne correspond déjà pas au cadastre, passons. Il y a quelques années l’administration a fait des relevés en photo aérienne, mon pré a changé de surface (et ça change les revenus attribués via des aides) Maintenant c’est passé au satellite avec un nouvel outil, la surface a encore changé.
    Donc mon pré, que j’ai sous mes pieds, ma réalité, est restée la même.
    Mais pour diverses administrations il a changé plusieurs fois/”

    • Dans le même registre, on voulait me faire sauter des primes pour cause de bande enherbée pas en règle au bord d’un ruisseau… Raté, il était bien précisé qu’au delà d’une bifurcation, si le ruisseau n’était plus nommé, il n’y avait pas besoin d’enherber la bordure… c’était bien le cas dans mon affaire, mais je dois dire de l’une des deux branches n’existe plus, je n’ai jamais vu sa trace, ni même mon père, sauf plus haut, dans le bois, qui n’existait pas avant 1900. Les anciens avaient dévié l’eau de ruissellement pour protéger les parcelles en aval… ils savaient ce qu’ils avaient à faire, ne travaillaient pas avec des paperasses et ne comptaient pas sur une administration débile pour le leur dire.

  30. Cet excellent billet résume bien ce qui a été établi et documenté notamment par l’excellent Pierre Chaillot. Il est peut être temps de reconnaître qu’il ne s’agit pas d’errements malencontreux mais de l’application d’un plan stratégique avec ajustements minimes selon l’évolution constatée. Ce plan est entretenu par le fameux (en anglais, infamous) cabinet McKinsey suivant des techniques éprouvées. Ce n’est pas être complotiste que de penser en “reverse engineering” et chercher quels sont les objectifs stratégiques, en anglais “outcome” des actions individuelles (qui paraissent peu rationnelles prises séparément) et des objectifs élémentaires affichés. Le ministère de la Santé (sic) a mis en place des tableaux de bord publics savamment faussés, afin de répondre aux objectifs stratégiques. Les “complotistes” comme l’immense Professeur nobélisé qui vient de nous quitter ont proposé suffisamment d’objectifs possibles pour qu’il soit inutile d’en rajouter ici.

    • @ K2R… “qui vient de nous quitter” ?… j’attends le complément d’information, il se pourrait que cela commence par un P… j’ai déjà quelques infos plausibles sur le sujet

  31. Début avril 2020, avec un ahurissement total, j’ai assisté à l’abandon des services de santé de mon père de 90 ans, à son domicile. J’ai tenté d’obtenir qu’il soit hydraté, suite à diarrhée et toux qui l’empêchait de boire… Refus directs que ce soit de l’hôpital ou même de son propre médecin de plus de 40 ans… Sa seule issue : le service covid de l’hôpital où j’ai été, à sa demande, contrainte de le faire admettre puisque je ne pouvais plus lui venir en aide, sa respiration devenant de plus en plus difficile.
    A son arrivée dans ce service, il a reçu le Rivotril. Il a donc été euthanasié !
    J’ai donc été, en contact très proche et en continue avec le virus.
    Je n’ai jamais eu peur pour moi même, car je prends depuis plus de sept ans des compléments alimentaires. Vitamines D 5000 IU/jour, vitamines C 2/3 gr par jour, du zinc 25 mg/jour ; des vitamines E, du magnésium, des oméga 3…
    Bien évidemment, il m’a fallu les acheter aux USA, puisqu’en France, seuls “leurs” médicaments ont droit d’existence.
    Aussi, je n’ai eu aucun symptôme, et n’ai, par conséquent, contaminé personne après mon retour chez moi.
    Je trouve intéressant de lire, ici et là, que tous les compléments alimentaires que je prends, sont recommandés par des médecins dissidents.
    Je reconnais que la non assistance à personne en danger des services de santé vis à vis de mon père a vu disparaître la confiance.
    Aussi, lorsque le vaccin est arrivé… Pas confiance.
    Début janvier 2022, j’ai eu omicron. Simple rhume qui m’a quand même surprise, cela faisait plus de cinq ans que je n’en avais pas eu !
    Suite au seul test fait à l’occasion…j’ai le pass pour six…
    Pass que je n’utiliserai pas. Je ne pourrais plus me regarder dans la glace.
    (Pour ceux que les compléments intéressent, allez sur le site : gestion santé.free. L’auteur Jacques Valentin ne vend rien, mais il argumente sur chaque complément et donne les laboratoires où l’on peut acheter.)
    Tout leur “plan” et leurs mesures mortifères, comme les confinements, les masques, le vaccins et le pass, tout va s’écrouler et disparaitre. Je suis heureuse de lire et d’entendre de plus en plus de voix qui retentissent comme cet article. Merci à vous.
    Dites encore et encore, de plus en plus fort ! Et la vérité va faire s’écrouler leur montagne de mensonges et mesures qui ont tué des milliers de personnes.
    Que cela soit.

    • merci pour votre courage et votre témoignage, je suis abasourdie d’apprendre chaque jour que dans notre pays des services sanitaires, des citoyens, des ministres empêchent de soigner la population par tous les moyens violents et ce jusqu’à la mort. Il y a aussi celles et ceux qui résistent fidèles à l’humanité.Merci à toutes et tous

    • Je suis complètement d’accord avec votre analyse. A noter que le biais du vacciné non testé à son admission à l’hôpital devrait s’aplanir car il est demandé un test pcr même pour les vaccinés dans certaines cliniques. Je n’ai pas connaissance du volume d’établissements publics et privés s’alignant sur ce mode. Bien que le test Pcr soit discutable il mettrai effectivement tout le monde sur un pied d’égalité.

      • Moi je suis suivie en service d oncologie groupe prive unicancer.pas de test demande ni de pass pour entrer en consultation, juste convocation.prévenir si on tousse ou fièvre pour aviser.pass ou test demande pour accompagnant,sauf en pédiatrie.Il existe encore des gens intelligents…..Par contre à cote ,hôpital public, pass ou test demande pour y entrer …..66 millions par mois cout des vigiles, combien de soignants pour ce prix la ?

    • et bien pour ma part, je prend des compléments vitamine D, vit B, zinc, selenium, magnesium, vitC dans a peu près les mêmes proportions que vous depuis des années..+ du reishi, curcuma..(je connais le site de Valentin depuis une dizaine d’années) j’ai traversé les 2 ans covid les doigt dans le nez sans que celui-ci ne coule une seule fois. J’ai attrapé le covid omicron (je suppose) il y a 15 jours et bien malgré tout cela, j’ai eu une bonne crève ( non vaxx) qui s’est deteriorée en sinusite/ bronchite. Antibio tralala et fatigue… malgré artemesia et quinquina j’ai du mal a retrouver la pêche…et tout ceux qui l’on eu en même temps que moi, (tous les âges de 37 ans à 70 ans) ont été bien atteint, sauf les 2 “vieux” de 70 ans. Personne de vaccinés autour de moi. je précise que j’ai 61 ans et que j’ai continué à bosser même malade, ce qui n’a pas du arranger mes affaires…

  32. Merci Enzo, un recueil d’infos comme toujours.
    Attention, le premier lien (5° et 6° ligne de l’article, sous l’expression “plus loin”) est mort “article introuvable”

  33. Ce que je n’ai jamais compris c’est poursquoi le statut vaccinal n’apparait pas dans la base Si-VIC. C’est tellement simple et plus direct que des croisements de bases de données douteuses. Ils ont rajouté les statuts PCR, pcr positifs etc mais pas le statut vaccinal. Ou peut est il rajouté mais pas partagé (sur spf).
    Autre biais : si positif dans les 15 jours avant ou apres hospitalisation (donc aucun rapport avec l’hospitalisation) un patient peut etre considéré positif PENDANT l’hospitalisation…

  34. Et la lumière fut ! Il n’y a que sur cette phrase que j’accroche :
    « Une double confusion est donc systématiquement faite par les médias et les autorités politiques : » Pour les médias, vu leur aveuglement, ils ont éventuellement pu faire la confusion, mais certainement pas les autorités politiques qui y voient bien clair et s’en sont bien servi !
    Merci beaucoup ENZO !

  35. De plus, il y a le probleme des gens hospitalisés dans les 15 jours suivant leur vaccination et qui dans ce délai là, ne sont pas considérés comme ayant une couverture vaccinale complète.

  36. Merci Enzo pour ce très pertinent billet 👍
    S’il y avait une volonté de soigner la population ça se saurait depuis deux ans, le fait de nous nuire volontairement pour moi est définitivement acquis, trop de preuves sont là devant nos yeux pour confirmer ce que je pense

  37. Comment peut-on savoir que les injections qu’il ne faut surtout pas appeler “vaccin” protègent de ce qui n’arrive pas et donc d’une gravité non observée.

    Et les injections qui tuent ?

    Ce triste monde est de plus en plus insensé et c’est contagieux et apparemment il n’y a pas de “vaccin” pour autant que les vaccins” (au sens ancien) sont efficaces) ce qui n’est toujours pas démontré, avec même des preuves du contraire.
    ;

  38. Oui, très bien analyser,merci.
    Tout ce ue voys pointez comme erreur ou magouille, et défaut de recherche sont des points importants…si on veut soigner.
    Si on veut injecter,il faut surtout ne pas faire ce que vous suggérez…or…

    (Sinon j’ai vu 2 coquilles
    A-t-on réintégré les intégré les soignants suspendus ?
    ….mais ( manque “un vacciné”) n’apparaîtra pas nécessairement dans les rubriques « décès Covid vacciné » de la DREES. )

      • Menfin !…
        On (notre Président…) nous avait annoncé pas moins de 400 000 morts !… Il n’y en a eu QUE 120 000 en DEUX ans (à raison de 650 000 morts par an en moyenne, dont suicides, glissements dans les EHPAD, et pas que, et au début du papyboom). Grâce à l’excellente politique de NOTRE PRÉSIDENT BIEN AIMÉ PETIT PÈRE DU PEUPLE, nous avons donc évité 280 000 morts. Imparable…
        C’est ce type de raisonnement que je tiens à ma femme pour défendre notre adorable chatte Janna quand elle fait ses griffes sur les meubles : “Plains-toi ! Si elle n’était pas là, tu aurais des SOURIS dans l’appartement -au 4°étage d’un immeuble-. Ce serait bien pire…” Imparable… Prouvez le contraire…

        • Je vis à la campagne, maison de plein pied et 5 chats qui nous ramènent sans arrêt des souris qu’ils finissent par oublier et que nous retrouvons à l’odeur (excellent test pour savoir que l’on a pas la covid).
          Donc c’est l’inverse, quand on a des chats, on a des souris …

  39. De toute façon, les autorités, sanitaires ou autres, ne peuvent pas avoir tort.
    Elles continueront de labourer le sillon tracé quelles qu’en soient les conséquences.
    La santé publique est le cadet de leurs soucis.
    Leur souci, ce sont plutôt les poursuites judiciaires qui leur pendent au nez et qui leur tomberont dessus tôt ou tard.
    Un exemple d’entêtement qui date de ce matin : J’ai entendu Castex dire, à propos du convoi de la liberté qui converge sur Paris : “La liberté, d’accord, mais pas celle de contaminer les autres !”.
    Comme si les détenteurs du pass vaccinal n’étaient ni contaminés ni contaminateurs !
    Même chose pour le LancetGate.
    Après la rétractation de l’article, ces autorités ont-elles annulé les mesures d’interdiction de l’HCQ + Azy ?
    Ce comportement systématique révèle une morgue et un mépris de ces gens pour les citoyens de ce pays, qui se laissent rouler dans la farine et fouler aux pieds avec une tolérance confondante.
    Les choses seraient-elles en train de changer et les Français de se réveiller d’une torpeur de deux ans déjà (cf. le convoi susmentionné) ?

    • Bonjour
      Procès tôt ou tard… Certes, mais très tard… Tout le système est verrouillé et va l’être encore pour au moins cinq ans (Macron) voire dix ans (Philippe ?…) et le futur “crédit social” en vue évitera toute opposition…
      Et si procès il y a, les politiques, non médecins, et non militaire pour le Chef des Armées anti-Covid, ne seront pas inquiétés. Ils ne savaient pas et ont suivi les conseils des spécialistes. Seuls Veran, Salomon, Buzyn, Delfraissy ou Fischer, le Président du Conseil de l’Ordre (créé par Vichy, on ne renie pas ses origines) ont du souci à se faire.

      • Vous y croyez ? Pas moi. Tout le monde en a tellement marre maintenant… Non, comme en 45 tout le monde aura été résistant, et lassitude aidant il ne se passera rien, on passera simplement à autre chose…